Présentation

Les patrimoines matériels constituent l’objet scientifique de ce carnet, dont l’objectif est de faire état des projets de recherche financés et soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine (FSP).

Cette fondation partenariale a été créée en 2013 pour assurer la gouvernance du laboratoire d’excellence Patrima (Patrimoines matériels) et de l’équipement d’excellence Patrimex. Les membres fondateurs de la FSP sont l’Université de Cergy-Pontoise, l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, le musée du Louvre, la Bibliothèque nationale de France et le château de Versailles. Elle compte de nombreux partenaires : le Centre de recherche et de restauration des musées de France ; le Centre de recherche sur la conservation (Laboratoire de recherche des monuments historiques, Centre de recherche sur la conservation des collections et Conservation recherche – Musée de la musique) ; les Archives nationales ; l’Institut national du patrimoine ; la branche droit de la culture et du patrimoine de l’Institut des sciences sociales du politique ; le musée du Quai Branly ; IPANEMA ; l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles ; l’École nationale supérieure du paysage de Versailles ; le Laboratoire archéomatériaux et prévision de l’altération ; l’École nationale supérieure d’arts de Paris Cergy.

Les projets de la FSP traitent de l’ensemble des patrimoines matériels : monuments, archives, manuscrits, peintures, sculptures, objets d’art, instruments de musique, etc. Ils sont organisés en trois axes : 1/ la connaissance intime des patrimoines matériels, de leur composition physico-chimique à leur signification historique et socio-culturelle ; 2/ l’amélioration des procédés de conservation-restauration ; 3/ l’amélioration des procédés de diffusion des connaissances sur les patrimoines matériels.

L’inter-institutionnalité et l’interdisciplinarité sont au cœur des recherches menées par la FSP. Elle regroupe des chercheurs et des professionnels du patrimoine qui mettent en commun leur expertise et leurs savoir‑faire pour faire émerger de nouveaux axes de recherche et créer de nouvelles pratiques dans le domaine du patrimoine. Réunissant laboratoires de recherche et établissements culturels autour de projets communs, elle contribue à réduire la distance entre la recherche fondamentale sur les patrimoines et ses applications concrètes.