Retracer l’itinéraire d’objets patrimoniaux usuels et ordinaires : le cas des chandeliers en alliages de cuivre

On conserve de très nombreux chandeliers de l’époque médiévale et moderne, mais leur étude se heurte à plusieurs difficultés. Dans quelles conditions ces objets du quotidien ont-ils été produits et utilisés ?

Les chandeliers en alliage cuivreux ont eu beaucoup de mal à se constituer comme sujet d’étude légitime dans l’historiographie. Appartenant à la catégorie des arts décoratifs, dits « mineurs », ils n’ont bénéficié que de peu d’attention depuis la fin du XIXe siècle. Des antiquaires et des collectionneurs leur ont consacré quelques travaux, qui constituent encore aujourd’hui la principale référence disponible sur le sujet. Le désintérêt de la communauté scientifique à leur égard s’explique essentiellement par la difficulté de travailler sur ce type d’objets, banals et usuels. Bien que plusieurs milliers de chandeliers aient été conservés depuis la période médiévale, il est difficile de leur porter un regard qui se voudrait globalisant. La dispersion importante des objets – répartis dans les collections publiques et privées et sur le marché de l’art – et les nombreuses pertes qui sont à déplorer, dues aux destructions et aux fontes successives, empêchent aujourd’hui de se faire une idée concrète de l’ampleur de la production. Outre les problèmes d’accès aux objets, la présence de ces ustensiles dans les sources historiques est peu significative, ce qui contraint le chercheur à entreprendre des enquêtes sur des corpus de très grande ampleur. Enfin, les objets eux-mêmes, produits en masse du Moyen Âge à la période moderne, sont presque toujours anonymes et ne peuvent donc pas être affiliés facilement à une époque ou à un espace de production spécifique.

Du fait de ces lacunes et de ces contraintes, l’approche retenue pour étudier les chandeliers repose depuis le XIXe siècle sur des considérations essentiellement stylistiques et typologiques[1]. De nouvelles investigations, menées dans le cadre d’un projet de thèse, ont permis de dépasser cette approche trop restrictive et de renouveler les problématiques et les perspectives de recherche.

La question fondamentale concerne la possibilité – et la manière – de fonder l’historicité des chandeliers lorsque les sources sont lacunaires et que les objets eux-mêmes sont dépourvus de marques ou d’indices permettant de les contextualiser. L’approche retenue a conduit à étudier les chandeliers d’un point de vue interdisciplinaire, seul à même d’apporter des éléments de réponse. Dans cette perspective, les chandeliers sont considérés non plus simplement comme des objets d’art, mais comme des artefacts, c’est-à-dire des sources matérielles pour l’histoire des techniques, l’histoire sociale, l’histoire économique et l’histoire culturelle. Cette nouvelle approche, sensible à la matérialité des objets, a encouragé la mobilisation de différentes sources – textuelles, iconographiques, archéologiques et archéométriques – à partir desquelles plusieurs référentiels documentaires ont été constitués sous la forme de base de données.

Le référentiel iconographique a servi à étudier les représentations des chandeliers, les gestes associés à ces objets, la place de l’objet dans l’image ainsi que la question des realia, c’est-à-dire les éléments réalistes de l’image[2]. Les recherches engagées du côté des sources archéologiques ont permis de recenser plus de trois cents découvertes de chandeliers, principalement sur des sites d’habitation, et d’élaborer des cartes recensant les découvertes par type de modèle et de contexte. Pour ce qui est des sources écrites, les chandeliers sont peu mentionnés en dehors des actes notariés. Les enquêtes se sont donc concentrées, en fonction des deux types de contexte dans lesquels ils ont été utilisés (domestique et religieux), sur les inventaires après décès[3] et les inventaires liturgiques, qui sont les documents dans lesquels ils apparaissent le plus régulièrement. Dans la maison, l’étude des inventaires a révélé que les chandeliers se sont diffusés progressivement à la fin du XIVe siècle aux classes sociales modestes, avant de devenir un ustensile récurrent, mais pas systématique, des foyers. Le référentiel consacré aux données archéométriques, enfin, regroupe toutes les analyses de chandeliers pour l’instant accessibles : il comprend à la fois les données récoltées dans la bibliographie de référence et presque cinq cents nouvelles analyses réalisées au cours de ce travail. L’interprétation de ces analyses a permis de réfléchir à la diversité de la composition des alliages et donc de questionner les choix effectués par les artisans en fonction de la disponibilité des matières premières, de la multiplicité des contraintes – réglementaires, économiques, commerciales – auxquelles le travail est soumis et du geste technique.

L’adoption de cette démarche interdisciplinaire a contribué à remettre en question certains des outils méthodologiques jusqu’alors privilégiés pour étudier les chandeliers, notamment la pratique de la typologie globale[4]. Pour les chandeliers, cette dernière repose sur une impasse fondamentale, à savoir la volonté de faire correspondre des formes et un style à une époque ou à un espace donnés, alors que la majorité des exemplaires produits ne sont pas historiquement datés ou affiliés. C’est en cessant de considérer la typologie comme un outil méthodologique pertinent et performant pour étudier ces objets que la mise en place d’une méthodologie descriptive s’est imposée progressivement, faisant émerger de nouveaux enjeux : caractériser la production de chandeliers et comprendre les étapes de la chaîne opératoire. La construction d’un protocole exhaustif, permettant de décrire chaque partie constitutive de l’objet, a conditionné la création d’un répertoire général des formes des chandeliers destiné à évaluer le degré de diversité formelle de la production, la récurrence avec laquelle un même type de fût est associé à différents types de bases, ou encore les variabilités et les récurrences stylistiques dans une optique diachronique.

Description de deux chandeliers à pique figurant dans le répertoire formel constitué permettant d’identifier, pour chaque modèle, le type de fût et les types de bases qui lui sont associées © A.-C. Dumargne.

Outre la remise en question de la perspective attributionniste, trop systématiquement convoquée et finalement aporétique pour l’étude des chandeliers, ce projet encourage à s’interroger sur l’unicité de ce type d’objets, leur intégrité et leur valeur documentaire en tant qu’objet-frontière. Les enquêtes réalisées dans le cadre de ce projet appellent inévitablement des approches comparatives qui détermineront des constantes, des divergences ou des spécificités en fonction d’autres espaces d’étude. Travailler sur ce type d’objet, c’est aussi accepter de ne pas toujours pouvoir saisir, par le biais des sources, l’ensemble des enjeux liés à la conception ou à l’utilisation des objets. La question des techniques, pour lesquelles les sources proprement dites sont rares, l’illustre. Certains gestes et certains savoirs sont tacites et transmis par l’expérience et il est difficile de les saisir à moins de les éprouver par le biais de l’expérimentation. Les interactions de l’individu avec le chandelier qu’il utilise sont également imperceptibles par le biais des sources convoquées : la gestuelle de préhension est une information qui nous échappe en grande partie.

Anne-Clothilde Dumargne

[1] La principale contribution à l’étude des formes des chandeliers est publiée en 1891 par une figure incontournable du collectionnisme et de l’érudition parisienne, Henry-René D’Allemagne, sous le titre Histoire du luminaire depuis l’époque romaine jusqu’au XIXe siècle.

[2] A.-C. Dumargne, « Représentations, échanges artistiques et realia : les chandeliers en alliages de cuivre à travers l’iconographie du XIIIe au XVIIe siècle » [titre provisoire] dans Circé, Histoire, Savoirs, Sociétés, à paraître.

[3] A.-C. Dumargne, « An Ordinary Object for a Priceless Lighting. Copper Alloy Candlesticks in Medieval and Early Modern Society », dans R. Duits (dir.), The Art of the Poor: The Aesthetic Material Culture of the Lower Classes in Europe 1300-1600, Londres, Bloomsbury – I.B Tauris, à paraître.

[4] La dernière tentative de typologie des chandeliers mobiles est entreprise par Jacques Vincke dans son article « Chandeliers et flambeaux. Les petits chandeliers et flambeaux en cuivre du XVe à la fin du XIXe siècle dans les anciens Pays-Bas. Évolution des formes et essai de datation », dans J. Toussaint (dir.), Art du laiton : dinanderie, Namur, Société Archéologique de Namur, 2005, p. 159-187.

___________________________________________________________________________________

Partenaires :

Pierre Chastang (Laboratoire DYPAC – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Paris Saclay)

Philippe Dillmann (Laboratoire Archéomatériaux et Prévision de l’Altération – CNRS NIMBE CEA)

___________________________________________________________________________________

Publications associées au projet :

A.-C. Dumargne, « Chandeliers et pique-cierges portatifs à décors émaillés de Limoges des XIIIe – XIVe siècles » dans Cahiers LandArc, 2016, p. 1-23, [en ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01428068.

A.-C. Dumargne, « Représentations, transferts culturels et realia : les chandeliers en alliages de cuivre à travers l’iconographie du XIIIe au XVIIe siècle » [titre provisoire] dans Circé, Histoire, Savoirs, Sociétés, accepté.

A.-C. Dumargne, « An Ordinary Object for a Priceless Lighting. Copper Alloy Candlesticks in Medieval and Early Modern Society » dans R. Duits (dir.), The Art of the Poor: The Aesthetic Material Culture of the Lower Classes in Europe 1300-1600, Londres, Bloomsbury – I.B Tauris, sous presse.

A.-C. Dumargne (dir.), Outils, ustensiles et accessoires : les objets de la vie quotidienne en bronze, cuivre et laiton du Moyen Âge à l’époque moderne (XIIIe – XVIIe siècle), Actes du colloque organisé à la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne le 9 décembre 2016, en préparation.

___________________________________________________________________________________

Crédit Photo à la Une : Chandeliers mobiles à binet et à pique, collection privée © A.-C. Dumargne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.