Les matériaux de l’écrit au prisme des sciences expérimentales : le cas de Chartres au XIVe siècle

Pourquoi et comment explorer la matérialité des manuscrits médiévaux ? Une étude menée sur un corpus de manuscrits de la ville de Chartres apporte des éléments de réponse.

Depuis la parution à la fin des années 1970 de l’ouvrage de Michael T. Clanchy intitulé From Memory to Written Record, l’analyse des pratiques de l’écrit s’est muée en un champ de recherche particulièrement dynamique au sein des études médiévales[1]. Les livres et les articles consacrés à la thématique se comptent aujourd’hui par centaines, si ce n’est par milliers. Ces travaux se caractérisent, entre autres, par l’attention qu’ils portent aux processus de rédaction des sources anciennes et à la dimension matérielle de la documentation. De telles recherches ont fait prendre conscience aux historiens qu’ils ne travaillent pas uniquement sur des textes, mais aussi, et avant tout, sur des textes incarnés en des objets – codex, rouleau, pierre gravée, etc. Pendant longtemps la matérialité de la documentation n’a pu être interrogée qu’à travers l’analyse de ses caractères externes, tels l’écriture, la reliure ou le support, en recourant aux sciences auxiliaires de l’histoire. L’essor de nouvelles technologies dans le secteur des sciences expérimentales ouvre aujourd’hui de nouvelles perspectives. Il est désormais possible d’entrer « dans » la matière de manière non invasive (ou peu invasive) pour en analyser les propriétés physico-chimiques[2]. Le questionnaire de l’historien de l’écrit sort élargi de la mise en place de ce type de démarche, les sources pouvant désormais être interrogées sous des angles nouveaux.

Une telle approche a récemment été mise en œuvre dans le cadre du projet de recherche « EVAS – Évaluer l’activité d’un scriptorium », qui a fait collaborer des médiévistes liés à l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines et à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes avec des chercheurs en sciences expérimentales attachés au Centre de Recherche sur la Conservation des Collections. À partir d’un cas d’étude, celui de la cité de Chartres dans la seconde moitié du XIVe siècle, l’enquête avait pour ambition de mieux comprendre le fonctionnement global de l’écrit à l’échelle d’une ville, en mêlant une approche historienne traditionnelle des sources médiévales à une analyse en laboratoire des matériaux de l’écrit, c’est-à-dire les encres, le parchemin et le papier. L’étude a porté sur une vingtaine d’unités documentaires produites au cours d’un même intervalle chronologique – les années 1370-1380 –, mais présentant des caractéristiques matérielles très différentes et ayant été rédigées au sein d’institutions laïques et ecclésiastiques aux profils variés. La comparaison des caractéristiques physico-chimiques de ces documents contemporains les uns des autres devait permettre de jeter un éclairage neuf sur l’écrit en milieu urbain à l’automne du Moyen Âge.

Les résultats des travaux ont été à la hauteur des attentes[3]. Le parchemin a été étudié à travers la réalisation d’analyses protéomiques, qui impliquent de prélever d’infimes échantillons de matière et d’étudier ceux-ci en laboratoire, en vue de déterminer à partir de quelle espèce animale le matériau a été réalisé. Les analyses ont révélé que seule la peau de mouton a été utilisée pour produire les manuscrits d’archives sélectionnés, des documents de gestion (censiers, comptabilités, etc.) que l’on peut ranger dans la catégorie des « écrits ordinaires »[4]. Ces résultats diffèrent de ceux obtenus par d’autres équipes de recherche ayant analysé des manuscrits de bibliothèque. Alors que leurs travaux mettaient en évidence l’emploi prédominant de la peau de veau en France aux derniers siècles du Moyen Âge pour les productions manuscrites d’une certaine qualité, notre étude indique que la peau de mouton était préférée pour la réalisation de documents plus communs. Il serait néanmoins nécessaire d’élargir le corpus pour mieux comprendre les ressorts de cette pratique.

Prélèvement de fibres de parchemin sur l’un des registres comptables de l’Aumône-Notre-Dame de Chartres (Chartes, Archives départementales de l’Eure-et-Loir) – Photographie : Gaëlle Denion

Tous les manuscrits chartrains de la seconde moitié du XIVe siècle n’étaient cependant pas écrits sur parchemin. Certains l’étaient sur du papier. L’analyse du papier a obéi à des méthodes plus traditionnelles, celles de l’examen des filigranes. Le relevé des filigranes permet de formuler un certain nombre de constats, dont le plus important est le suivant : si les papiers employés à Chartres dans les années 1350 portent des filigranes plutôt attestés en Italie, ceux des années 1380 et suivantes sont similaires à ceux de papiers utilisés dans d’autres localités du nord du royaume. Même s’il faut évidemment faire montre de prudence, il s’agit d’un indice assez clair que l’approvisionnement en papier s’est transformé dans la cité au fil du XIVe siècle, les institutions chartraines se tournant vers les marchés locaux au fur et à mesure que des moulins à papier s’implantaient en Île-de-France.

L’essentiel des investigations a porté sur l’analyse des encres métallo-galliques – dites aussi « encres noires » – ayant servi à écrire les documents sélectionnés. L’examen des encres médiévales a impliqué le recours à la spectrométrie de fluorescence X, qui permet de déterminer la composition chimique des sulfates métalliques utilisés lors de la fabrication des encres noires, d’un point de vue tant qualitatif que quantitatif. Les analyses ont abouti à des résultats parfois surprenants, car contre-intuitifs. Elles ont ainsi établi que deux encres présentant des teintes différentes pouvaient avoir été réalisées à partir de sulfates métalliques identiques. Autrement dit, deux encres de teinte différente ne sont pas nécessairement deux encres différentes. La comparaison des encres à l’échelle de la ville a permis d’établir que plusieurs bureaux d’écriture utilisaient en même temps des encres de même composition. En recoupant ces données avec celles livrées par les comptabilités, on peut raisonnablement supposer que les scribes des institutions concernées se tournaient vers le marché pour s’approvisionner en encre ou en sulfates métalliques. Chaque établissement ne se caractérisait donc pas par une encre propre réalisée à partir de sulfates métalliques qui lui auraient été spécifiques. La question de l’émergence d’un marché de l’encre n’a cependant pu être qu’effleurée. Sur ce plan aussi, un élargissement du corpus serait nécessaire pour mieux comprendre les dynamiques du marché des matériaux de l’écrit en Île-de-France aux derniers siècles du Moyen Âge.

Nicolas Ruffini-Ronzani

[1]. Michael T. Clanchy, From Memory to Written Record. England, 1066-1307, Londres, E. Arnold, 1979.

[2]. À ce sujet, voir Étienne Anheim, « La matière de l’histoire. Du texte à l’objet », dans La Recherche dans les institutions patrimoniales. Sources matérielles et ressources numériques, Philippe Chevallier, Anne Montjaret et Mélanie Roustan (dir.), Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2016, p. 154-169.

[3]. Ces résultats seront détaillés dans un article à paraître : « Encre, parchemin et papier à Chartres au XIVe siècle. Les matériaux de l’écrit au prisme des sciences expérimentales ».

[4]. Sur ce concept, voir Daniel Fabre (dir.), Écritures ordinaires, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou, 1993 et Paul Bertrand, Les Écritures ordinaires : sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et Empire, 1250-1350), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

_________________________________________________________________________________________

Projet post-doctoral soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine et le DIM « Matériaux anciens et patrimoniaux » (2017-2018).

Partenaires :

  • Laboratoire DYPAC, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines : Pierre Chastang.

_________________________________________________________________________________________

Publications associées au projet :

Nicolas Ruffini-Ronzani, « Le projet EVAS : les encres comme révélateurs des pratiques d’écriture », dans Le carnet de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, Paris, en ligne depuis octobre 2018, accès : https://irht.hypotheses.org/4068

Nicolas Ruffini-Ronzani, « Les encres à la fin du Moyen Âge : écrire à Chartres au XIVe siècle », dans L’Histoire, manuscrit soumis.

Nicolas Ruffini-Ronzani, Pierre Chastang, Gaëlle Denion, Laurianne Robinet et Véronique Rouchon, « Encre, parchemin et papier à Chartres au XIVe siècle. Les matériaux de l’écrit au prisme des sciences expérimentales », en cours de révision en vue d’une soumission à la Bibliothèque de l’École des chartes.

_________________________________________________________________________________________

Crédit Photo à la Une : Filigrane « au chien » dans l’un des registres de l’officialité de Notre-Dame de Chartres (années 1357-1359). Source : Chartes, Archives départementales de l’Eure-et-Loir, G 152 – Photographie : Nicolas Ruffini-Ronzani.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.