Une histoire de la disparition du plâtre en extérieur

Le plâtre a longtemps été utilisé dans la construction, notamment en Île-de-France. En témoignent les bâtiments parisiens, dont un très grand nombre sont encore aujourd’hui recouverts de plâtre. Pourquoi ce matériau est-il tombé en désuétude à partir du XIXe siècle ?

Du Moyen Âge à la fin du XIXe siècle, les édifices de certaines régions françaises comme l’Île-de-France ont été construits en plâtre et enduits de cette même matière, qui présentait l’intérêt d’être locale. Loin d’être un matériau réservé aux décors, le plâtre servait au gros œuvre : maçonnerie des murs en pierre, remplissage des pans de bois et enduit de façade. Utilisé dans des zones humides, il était exposé aux intempéries. Malgré ces conditions, il a résisté et est parvenu jusqu’à nous plusieurs siècles plus tard. De nos jours, par contraste, exposer un objet en plâtre à l’extérieur semble absurde, tant ce matériau est fragile en raison de sa solubilité à l’eau. Il sert à la fabrication des plaques pour les cloisons de nos appartements. Comment ce matériau a-t-il été relégué à l’intérieur de nos maisons ?

Les façades en plâtre d’Île-de-France

Le plâtre est un matériau de construction issu de la déshydratation de la roche de gypse. Celle-ci est mise à cuire dans des fours et se transforme en plâtre grâce à l’évaporation de molécules d’eau aux alentours de 130°C. Suite à cette cuisson, la roche cuite est broyée en une poudre qui est ensuite mise en sac et portée à l’artisan qui utilise le matériau. Les enduits de façade constituent l’un des usages du plâtre en extérieur. Il s’agit de la peau des édifices, qui recouvre leur squelette. Ils existent depuis l’Antiquité et ont plusieurs fonctions : ils protègent la structure des infiltrations d’eau extérieure et permettent à l’eau intérieure (condensation) de sortir. De plus, ils ont un rôle esthétique : ils portent les ornements caractéristiques de leur époque, le plâtre permettant une grande richesse de couleurs, de textures et de décors. Au XVIIe et au XVIIIe siècles, les enduits de façade affichent des décors classiques, tandis que ceux du XIXe siècle se caractérisent par une profusion de couleurs et de textures. Au XXe siècle, on revient à une plus grande sobriété.

Une évolution technique

Du Moyen Âge à la Révolution industrielle, le plâtre était fabriqué et mis en œuvre de la même manière, selon des techniques traditionnelles[1]. Dans le Bassin parisien, il était extrait en carrière puis cuit dans des « fours culées » qui consistaient en trois murs et un toit, sous lequel on entassait les blocs de gypse au-dessus d’un feu de bois. La cuisson durait une douzaine d’heures, puis le plâtre était broyé à la batte sur le sol. Ce travail difficile est resté dans la langue française avec l’expression « battre comme plâtre ». Le produit fabriqué était un mélange grossier de différents plâtres : du semi-hydrate, des anhydrites et du gypse, selon les températures. Le battage produisait une poudre grossière sans particules fines.

La poudre était ensuite livrée aux maçons sur les chantiers, qui utilisaient des tamis pour changer la mouture du plâtre. Ils mettaient en œuvre les enduits en projetant le plâtre de l’auge vers le mur avec la truelle ou les mains, à l’aide de mouvements secs et rapides. Un revêtement était à l’époque composé de deux à quatre couches appelées renformis, gobetage, crépi et enduit, qui mesuraient environ quatre centimètres d’épaisseur. Ces couches étaient formées avec du plâtre de différentes moutures mélangées avec différentes quantités d’eau : un plâtre noyé était poreux et fragile, un plâtre serré ou un « pigeon » était dense et solide.

Le travail du plâtre change progressivement au cours du XIXe siècle. La fabrication s’articule autour de la cuisson parfaite à 130°C mise en évidence par les scientifiques[2], privant le matériau de la richesse des phases du plâtre. Le broyage devient mécanique avec l’invention de broyeurs à meule ou à engrenage, qui créent une poudre fine. Ce nouveau plâtre industriel, fin, pur et blanc, est à l’origine de nombreux sinistres quand il est placé sur les façades[3]. Ceux-ci sont dus principalement aux propriétés nouvelles du matériau. Une poudre fine nécessite plus d’eau pour avoir la même ouvrabilité qu’une poudre grossière, créant un produit sec poreux et fragile. Pour pallier le manque de résistance du plâtre, une course à l’adjuvantation commence dès le début du XXe siècle et se solde par de nombreux échecs et scandales[4], le plus récent étant encore frais dans les mémoires : l’enduit défectueux Lutèce Projext (1975-1981). La mise en œuvre, quant à elle, change drastiquement : l’intensité des flux migratoires (exode rural, pertes humaines des guerres) achève de noyer les enduits de plâtre parisiens dans une pratique homogène à travers l’ensemble du territoire français.

Un changement de perception

Ces évolutions techniques s’accompagnent d’une modification de la façon dont le matériau est perçu. Au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, le plâtre figurait en bonne place dans les habitudes des architectes et des maçons. Mis sur le même plan que le mortier de chaux et de sable, il était très utilisé dans la construction. Une maison pouvait ainsi sembler fabriquée entièrement en plâtre. Si les architectes se méfiaient tout de même de ce matériau sensible à l’eau, les maçons l’employaient fréquemment, en raison de la rapidité de sa prise qui accélérait la cadence des travaux.

À partir du XIXe siècle, ce matériau « à-tout-faire » n’est plus perçu de la même manière[5]. Les architectes estiment que le plâtre est peu hygiénique, qu’il enferme les miasmes responsables de l’insalubrité des quartiers centraux parisiens. Le matériau est passé de mode : il avait été employé pour remplir et couvrir les pans de bois, symboles d’une architecture du passé dont on cherche désormais à se débarrasser. D’autant plus que des matériaux nouveaux apparaissent, avec une réputation d’inaltérabilité : la fonte puis l’acier, le verre, le ciment et le béton. La surface poreuse du plâtre devient en outre le réceptacle de la pollution générée par la Révolution industrielle. Agressés par l’air devenu vicié, les plâtres noircissent. Enfin, l’équilibre des maisons anciennes est bouleversé par l’arrivée de l’eau courante, des canalisations, des poêles et du chauffage. Ces innovations bousculent les échanges hydriques au sein des murs et créent des efflorescences et des décollements. Le plâtre est ainsi considéré comme un matériau peu hygiénique, démodé et sale, tout juste bon pour les quartiers populaires. Vers le milieu du XXe siècle, les derniers fabricants et artisans traditionnels disparaissent.

Les façades en plâtre parisiennes ont été redécouvertes à la fin des années 1960, lors de la création du secteur sauvegardé du Marais. Architectes et entreprises ont dû alors se réapproprier le matériau pour pouvoir les restaurer. Grâce aux opérations de restauration du patrimoine, le plâtre est toujours utilisé en façade, mais dans une version bien différente de celle des savoir-faire d’antan. Le plâtre pur parisien a été remplacé par le plâtre-chaux adjuvanté et badigeonné. C’est désormais celui-ci qui orne les façades des villes franciliennes.

Enduit décollé et noirci par la pollution sur une façade du 5e arrondissement, Paris, 2015. © T. Le Dantec.

Le plâtre, plus jamais en extérieur ?

Un plâtre artisanal et écologique, proche de ce qui se faisait autrefois, peut être fabriqué et mis en œuvre et participer à l’innovation en architecture, notamment grâce à sa capacité à réguler les échanges hydriques au sein des murs. À condition de ne pas reproduire les erreurs du passé. Il serait même souhaitable de se pencher à nouveau sur ce matériau, car c’est une ressource à faible empreinte carbone : cuisson à basse température et application manuelle qui limite les adjuvants chimiques. Le matériau se recycle grâce à un cycle du plâtre auto-suffisant. De nombreuses expérimentations sont encore nécessaires dans les années à venir pour développer un tel matériau, dans la perspective d’un futur écoresponsable.

Tiffanie Le Dantec


[1] Pour en savoir plus : Ivan Lafarge, Le plâtre dans la construction en Île-de-France : techniques, morphologie et économie avant l’industrialisation, Thèse de doctorat, École doctorale d’Histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France, 2013, 613 p.

[2] Dont le Français Henry Le Chatelier : H. Le Chatelier, De la méthode dans les sciences expérimentales, Paris, Dunod, 1947, 319 p.

[3] J. Claudel et L. Laroque, Pratique de l’art de construire etc., Paris, Dalmont et Dunod, 1859, p. 83.

[4] Anonyme, « L’addition sur les chantiers de retardateurs de la prise du plâtre, pratique encore courante, est à proscrire sans réserve », Bâtir, mai 1955, n° 49, p. 8-9.

[5] Pour un développement complet : T. Le Dantec, Les façades enduites au plâtre d’Île-de-France. Le déclin du plâtre extérieur, du XVIIe au XXe siècle, Thèse de doctorat, École doctorale SHS de l’Université Paris-Saclay, France, 2019, p. 307-312.

______________________________________________________________________________________________

Partenaires : Jean-Claude Yon (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, CHCSC), Nadia Hoyet (Léa-V, Laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles). Avec le soutien du Laboratoire de recherche des monuments historiques (Véronique Vergès-Belmin).

______________________________________________________________________________________________

Publications associées au projet :

Tiffanie Le Dantec, Annick Heitzmann, « Les enduits au plâtre peint du Château de Marly », Cycle « Le plâtre et la couleur, 2e partie : le plâtre peint », publié par le GRPA (publication électronique et physique, à venir en 2019).

Tiffanie Le Dantec, « Base de données et corpus. Approches méthodologiques liées à l’étude des façades en plâtre d’Île-de-France, XVIIe – XX e siècle », actes du Troisième Congrès Francophone d’Histoire de la Construction, Paris, Picard (à paraître en 2019).

Tiffanie Le Dantec, Ivan Lafarge, « L’usage du plâtre dans le château de Marly, de la construction au décor», in 25 années d’archéologie royale (1990-2015), Bulletin du Centre de recherche de Château de Versailles [En ligne], 2017, https://journals.openedition.org/crcv/14107

Tiffanie Le Dantec, « Le plâtre en façade, une architecture francilienne historique », fabricA 10, travaux d’histoire culturelle et sociale de l’architecture et de ses territoires, énsa-V LéaV, Versailles, 2016, p. 56-75.

Tiffanie Le Dantec, “Gypsum External Renders of Paris: History and Fabrication”, in Further Studies in the History of Construction: Proceedings of the Third Conference of the Construction History Society, James W P Campbell, Nicholas Bill, Michael Driver, Michael Heaton, Yiting Pan, Michael Tutton, Christine Wall and David Yeomans (dir.), 2016, p. 59-72.

______________________________________________________________________________________________

Crédit Photo à la Une : Façades enduites de la cour intérieure de l’Hôtel Amelot de Bisseuil, dit des Ambassadeurs de Hollande, Paris, 2015. © T. Le Dantec.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.