Une nouvelle méthode de compréhension des sculptures en albâtre

Comment étudier les sculptures en albâtre de l’époque médiévale ? Les sciences du patrimoine apportent un éclairage inédit sur ces œuvres et leur provenance.

La connaissance des matériaux fait partie intégrante de l’histoire de l’art, en particulier pour comprendre le processus de création et déchiffrer les contextes socio-économiques ou même politico-culturels qui encadrent et parfois conditionnent la naissance des œuvres. Ces analyses peuvent déboucher aussi sur des critères de discrimination en ce qui concerne les restaurations et les falsifications. Dans le domaine de la sculpture, ce type de recherche est très poussé depuis longtemps, aussi bien du côté du bois – où des techniques de datation sont également possibles – que de la pierre et du marbre, pour ne citer que quelques matériaux courants de la sculpture occidentale aux époques anciennes. En revanche, un matériau, l’albâtre, n’avait jamais fait l’objet d’investigation.

Un programme porté par diverses institutions et rendu possible grâce à la collaboration de très nombreux partenaires a été lancé en 2012. Il concerne l’usage de ce matériau dans la sculpture française entre le XIVe siècle et le XVIe siècle. Précisons d’emblée que le mot albâtre s’entend au sens des géologues : il s’agit de l’albâtre gypseux (CaSO4, 2H2O, éventuellement sous sa forme anhydride, CaSO4) et non de l’albâtre calcaire, qui est de toute façon presque inconnu pour cet usage dans l’aire géographique et la période étudiées. Ce programme a mis en œuvre la méthode de l’analyse isotopique de trois éléments chimiques (soufre, oxygène et strontium) et a porté, dans un premier temps, sur une soixantaine d’échantillons d’œuvres, sans compter ceux des carrières qui ont permis d’établir un référentiel préalable. Cette méthode d’analyse, qui avait donné des résultats remarquables pour le marbre et d’autres matériaux depuis bien des années, s’est révélée particulièrement adaptée pour l’albâtre[1]. En effet, par chance, les signatures isotopiques de toutes les carrières européennes recensées jusqu’ici sont bien distinctes les unes des autres. L’analyse des échantillons a donc permis de retracer l’usage des carrières en France ainsi que l’habitude d’importer des blocs d’albâtre provenant d’horizons plus lointains, en particulier d’Angleterre ; l’albâtre étant utilisé presque exclusivement pour la sculpture mobilière, il s’agit de blocs assez aisément transportables, même si l’albâtre est plus lourd que le marbre. Bien que l’échantillonnage soit dans un premier temps demeuré statistiquement limité, nous avons pu mettre en évidence l’importance primordiale d’une carrière du Dauphiné, à Notre-Dame-de-Mésage, importance qui avait déjà été soupçonnée à juste titre par l’érudition locale. Mais l’étude a révélé aussi l’existence d’autres carrières françaises, à la durée ou au rayonnement plus limités. Certaines analyses nous font de plus remettre en cause ou préciser certains acquis de l’histoire de l’art, concernant tel courant stylistique, comme la production attribuée au « Maître de Rimini », ou telle œuvre, par exemple le groupe de l’Annonciation de Javernant.

Prise d’échantillon sur la tête du gisant du cardinal Guillaume II d’Aigrefeuille (+ 1401), Avignon, Petit Palais © CICRP/Odile Guillon

Il reste cependant beaucoup à faire. La poursuite de l’échantillonnage des sculptures et des carrières montre que les résultats obtenus jusqu’ici peuvent être consolidés, mais aussi que de nouvelles problématiques se posent, par exemple avec des œuvres dont le matériau ne correspond à aucune des carrières répertoriées jusqu’à présent. Nous avons pris conscience du fait que, même s’il était important de se limiter dans un premier temps à l’espace français (un peu délaissé jusqu’à maintenant dans les études sur la sculpture en albâtre, au profit notamment de la production anglaise, mais aussi espagnole ou germanique), on ne pouvait pas faire abstraction des courants d’échange qui parcouraient l’Occident à l’époque gothique et à la Renaissance. De plus, notre méthode d’analyse a été appliquée ponctuellement à des œuvres créées ailleurs qu’en France à partir d’albâtre extrait de carrières non françaises : les résultats obtenus sont tout aussi novateurs que pour la France et nous invitent à concevoir un programme plus large, intéressant tout l’espace européen mais reposant bien sûr sur un réseau de partenaires et de collègues élargi. Enfin, il apparaît de plus en plus que notre travail doit s’accompagner d’une étude des sources historiques, avant tout documentaires, mais aussi littéraires. Même si ces sources recoupent très rarement les sculptures conservées et que leur exploitation pose des problèmes complexes (différence d’appréciation selon les contextes documentaires et surtout contradictions entre le vocabulaire employé et la terminologie actuelle), ou justement à cause de ces deux points, il serait très utile de proposer une synthèse concernant ces aspects historiques et terminologiques. Cette étude permettrait de mieux cerner la problématique du succès de l’albâtre dans la sculpture occidentale entre XIVe et XVIe siècle, notamment les raisons de son « apparition » et les modalités de sa diffusion, en concurrence et en lien avec le marbre et d’autres matériaux. À titre d’exemple, l’article de Robert Aillaud et Étienne Anheim sur la carrière de Notre-Dame-de-Mésage doit être prolongé par une étude plus détaillée de la commande du retable de l’église Saint-Antoine-en-Viennois, offert en 1378 par le roi de France Charles V, ancien dauphin de Viennois avant son accession au trône. La redécouverte par Robert Aillaud à la fois du document comptable exceptionnel détaillant le processus de création et d’une partie de l’œuvre elle-même, cachée derrière les boiseries du XVIIIe siècle du chœur de l’abbatiale, illustre de manière spectaculaire ce que la conjugaison de l’étude des sources, du matériau et des sculptures peut apporter à notre connaissance d’un patrimoine aujourd’hui souvent dispersé ou invisible, quand il n’a pas été détruit.

Pierre-Yves Le Pogam


[1] Sur la méthode d’analyse, cf. Kloppmann Wolfram, Leroux Lise, Bromblet Philippe, Le Pogam Pierre-Yves, Cooper Anthony H., Worley Noel, Guerrot Catherine, Montech Anne T., Gallas Anne-Marie et Aillaud Robert, « Competing English, Spanish and French Alabaster Trade in Europe Over Five Centuries as Evidenced by Isotope Fingerprinting  », dans Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, November 7, 2017 114 (45), 11 856-11 860, published ahead of print October 23, 2017, doi:10.1073/pnas.1707450114

_________________________________________________________________

Partenaires : Pierre-Yves Le Pogam (Musée du Louvre), Philippe Bromblet (CICRP), Wolfram Kloppmann (BRGM), Lise Leroux (LRMH).

_________________________________________________________________

Publications associées au projet :

Jugie Sophie et Le Pogam Pierre-Yves, « Nouvelles perspectives sur les usages de l’albâtre en France du XIVe au XVIe siècle », dans Revue de l’art, n° 200, 2018-2, p. 7-8.

Kloppmann Wolfram, Le Pogam Pierre-Yves et Leroux Lise, « La sculpture sur albâtre en France du XIVe au XVIe siècle : enjeux, méthodes et résultats d’un programme de recherche », dans Revue de l’art, n° 200, 2018-2, p. 9-19.

Aillaud Robert et Anheim Étienne, « L’albâtre de Notre-Dame-de-Mésage. Exploitation, circulation et usages (XIVe-XVIe siècle) », dans Revue de l’art, n° 200, 2018-2, p. 31-36.

Bromblet Philippe et Vingtain Dominique, « Tombeaux de papes et de cardinaux avignonnais du XIVe siècle », dans Revue de l’art, n° 200, 2018-2, p. 21-29.

Bresc-Bautier Geneviève, « La sculpture en albâtre dans la France du XVIe siècle », dans Revue de l’art, n° 200, 2018-2, p. 37-45.

_________________________________________________________________

Crédit Photo à la Une : Carrière d’albâtre gypseux de Notre-Dame-de-Mésage, non loin de Vizille (Isère) © LRMH/G. Baseline.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.