Pratiques d’ateliers et mise en œuvre des matériaux au Moyen Âge : le cas inédit des matrices de sceaux

Les matrices qui servent à façonner les sceaux constituent un immense corpus d’orfèvrerie médiévale, longtemps demeuré peu exploré. L’étude de ces objets se situe à la croisée de l’histoire de l’art, de l’archéométallurgie, de l’histoire des techniques ou encore de l’histoire politique et sociale.

Sortir de ses réserves un pan entier du corpus d’orfèvrerie médiévale, en considérant sa dimension tant historique que matérielle : tel est l’objectif du projet « Analyse et description des matrices de sceaux » (ADeMat). Alors que ces objets métalliques bénéficient d’une attention renouvelée depuis une dizaine d’années, surtout à l’étranger, un outil de description unique a été élaboré, prenant en compte l’ensemble de la production conservée dans les institutions françaises. Le travail a porté sur la description matérielle des objets (iconographie, poids, dimensions, patine) et l’identification de chaque sigillant, afin de réaliser une étude historique la plus exhaustive possible. Cette base de données a été nourrie par les informations relatives à l’une des plus importantes collections de matrices en France, celle du médaillier du Musée des Beaux-Arts de Lyon. La collection lyonnaise est une source essentielle pour la connaissance des matrices médiévales ; la publication du catalogue raisonné est d’ores et déjà envisagée.

Le projet a permis la découverte de sceaux prestigieux tels que celui d’Alain de Coëtivy, évêque d’Avignon entre 1437 et 1442. La matrice présente au centre du champ un édicule tripartite surmonté de dais architecturés à pans. De part et d’autre d’une niche centrale, semée de roses et abritant la Vierge à l’Enfant, sont figurés saint Paul et saint Pierre debout dans deux autres niches vues de manière oblique, également semées de rinceaux. Dans le soubassement s’ouvre une niche surmontée d’un arc surbaissé accosté de deux écus aux armes de Coëtivy, posés sur des crosses, abritant la figure de l’évêque en prière de face. Le fond de la niche est semé de roses. La légende se lit comme suit : sigillum pontificale alani episcopi avinionensis. D’un point de vue stylistique, la matrice épiscopale d’Alain de Coëtivy s’intègre parfaitement à la production orfévrée du début du XVe siècle, que ce soit par la complexité de la composition, la profusion des ornements ou la virtuosité dans le rendu des détails.

Matrice d’Alain de Coëtivy, évêque d’Avignon (1437-1474), Musée des Beaux-Arts de Lyon, M 31bis. @ Ambre Vilain

Inséparable du volet historique, une étude archéométallurgique a été menée sur un corpus d’objets datant des XIIIe et XIVe siècles. Elle a porté sur la caractérisation de la mise en forme des objets (production des ébauches, techniques de mise en relief) ainsi que celle du métal employé.

Pour l’ensemble des matrices de sceaux étudiées, une observation attentive a mis en valeur l’absence d’assemblage – mécanique ou par soudure – qui aurait pu avoir été pratiqué entre le plat de la matrice et son revers qui permet sa préhension et que l’on nomme la prise. L’ensemble est donc réalisé d’un seul tenant. L’étude métallographique menée à partir de prélèvements, obtenus sur trois matrices provenant des Archives Nationales et une autre provenant d’un fonds INRAP, a apporté des éléments complémentaires quant à la mise en forme des ébauches prêtes à graver. Une microstructure caractéristique d’un métal brut de fonderie a systématiquement été révélée ; on relève néanmoins des traces d’un martelage effectué en surface afin de localement « durcir » le métal. Concernant les modalités de façonnage des prises, deux cas semblent se dégager : les matrices plates, obtenues dans des moules plats (pierre, sable, etc.), ciselées et éventuellement usinées par limage, et les matrices à prise conique obtenues par fonte dans un moule à bord. Une étude comparative des différentes prises doit encore être menée de manière systématique sur un grand nombre d’objets.

L’observation sous loupe binoculaire couplée, lorsque nécessaire, à une numérisation 3D macroscopique des objets a permis d’examiner ces derniers à une échelle bien plus petite et de caractériser la mise en relief de la face destinée à mettre en forme les sceaux de cire. Une évolution chronologique des techniques se dessine, en particulier pour les lettrages : la prédominance de la gravure semble persister jusqu’au XVe siècle ; elle est alors peu à peu remise en question par l’apparition des outils poinçons. Tradition et innovation semblent se côtoyer dans les ateliers de fabrication des matrices de sceaux.

Qu’en est-il du métal ? Pour le caractériser, il était nécessaire de développer un protocole permettant une analyse directe, non invasive et sans prélèvement. Il s’agissait en outre d’analyser un grand nombre de pièces afin d’obtenir des données représentatives illustrant le paysage technico-artistique pour la période étudiée : on dénombre près de mille pièces aux Archives Nationales et tout autant au Musée des Beaux-Arts de Lyon ! Le protocole d’analyse devait donc permettre une acquisition des données en laboratoire, mais aussi directement in situ, là où sont conservées les matrices de sceaux.

L’usage d’un dispositif portable XRF a été retenu en ce qu’il permettait l’acquisition de spectres de fluorescence X, qui sont ensuite traités à l’aide du logiciel PyMCA pour obtenir des résultats quantitatifs concernant les éléments d’alliages. Les analyses mettent en valeur l’utilisation d’alliages à base de cuivre, principalement des laitons (cuivre-zinc) et plus rarement des laitons rouges (cuire-zinc-étain), contenant peu de plomb et présentant des proportions stables de leurs composants sur les siècles considérés. Ce fait mérite toute notre attention, dans la mesure où il ne correspond pas à ce qui a pu être constaté pour d’autres productions médiévales en laiton (les objets domestiques par exemple) ; pour ces dernières, les analyses ont démontré un recours à des alliages d’une grande diversité. Notons que les fortes teneurs en zinc accentuent l’aspect doré des objets, ce qui vient corroborer l’hypothèse d’une esthétique spécifique recherchée lors de la fonte du métal. La spécificité des alliages sigillaires était un élément inconnu jusqu’alors. Elle soulève la question de l’approvisionnement et de l’existence de « recettes », sur laquelle l’équipe du projet continue de travailler. Les échanges avec Louis Boursier, graveur héraldique exerçant à Paris, ont confirmé l’intérêt pour un graveur en taille directe de travailler à partir d’un métal « sec » permettant précision et finesse du rendu, ce qui est le cas du laiton. Une tradition technique qui perdure donc encore aujourd’hui !

Pour poursuivre l’enquête et tenter de révéler l’existence d’ateliers de fabrication de matrices, trois paires de matrices provenant des Archives Nationales ont fait l’objet d’analyses par spectrométrie de masse couplée à un plasma inductif en ablation laser (LA-ICP-MS). Ces analyses, qui permettent d’obtenir des données quantitatives sur les éléments mineurs et les éléments traces, ont révélé des provenances communes, en terme d’ateliers, parfois sur plusieurs décennies. L’étude en cours, qui concerne une vingtaine de pièces provenant d’une aire géographique restreinte, permettra peut-être d’identifier la marque d’un atelier et de mieux comprendre les choix techniques adoptés à l’échelle locale.

Quels sont les différents artisans qui interviennent dans la fabrication des matrices au Moyen Âge ? Pour le Paris du XIIIe siècle, le Livre des Métiers d’Étienne Boileau permet d’avancer qu’il existait possiblement deux intervenants : le fondeur-molleur, fabriquant à partir de moules sans doute pérennes les « formes » (matrices plates ou coniques), sur lesquelles les scelleurs gravaient images et textes. En tout état de cause, plusieurs types d’artisans étaient impliqués dans une production répandue dans toutes les couches de la société. La documentation comptable qui a été étudiée démontre pour l’heure une assez grande diversité de statuts.

Projet innovant, AdéMat entend renouveler la connaissance des sceaux tout en s’inscrivant dans une perspective plus large, liée à l’étude des conditions de mise en œuvre des objets d’art au Moyen Âge. Il contribue à la revalorisation d’un corpus fondamental par sa quantité et sa qualité. Gageons que les sceaux seront l’objet de nombreuses études futures.

Manon Castelle et Ambre Vilain


Partenaires : Clément Blanc (Archives nationales), Philippe Dillmann (LAPA, CEA-Saclay), Enrique Vega (LAPA, CEA-Saclay), François Planet (Musée des Beaux-Arts de Lyon), Pierre Chastang (Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, DYPAC), Étienne Anheim (EHESS).


Publications associées au projet :

Ambre VILAIN, « Quand le tout petit contient le grand : la virtuosité sigillaire au Moyen Âge », Revue Histoire de l’art, n° 76-2015 (1), p. 43-52.

Ambre VILAIN, François PLANET, « Le sceau d’Humbert d’Autun », Ève ou la folle tentation, musée d’Autun, catalogue d’exposition 23 juin-15 octobre 2017, Autun, 2017.


Crédit Photo à la Une : Matrice du Bailliage royal de Corbie, Archives Nationales, inv. Mat. 124, deuxième moitié du XIIIe siècle, France. H. : 13 ; D. : 46 ; Ép. du flanc : 4 ; Poids : 45,3 g. Photographie en lumière naturelle (partie gauche) et image 3D en couleurs artificielles associée à la topographie de l’objet (partie droite). © M. Castelle LAPA/AN/DYPAC.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *