Les revues littéraires et artistiques (1880–1900) face à leur patrimonialisation numérique

La revue littéraire et artistique du XIXe siècle constitue un témoignage singulier d’un point de vue littéraire, éditorial et graphique. La présente étude examine la patrimonialisation de ce corpus et les problèmes que soulève sa numérisation.

Née en opposition à la culture de masse dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la revue littéraire et artistique est un périodique qui se situe au croisement de diverses traditions éditoriales. Elle rassemble des artistes et des écrivains, à la fois lecteurs et collaborateurs, qui sont à la recherche de nouvelles formes d’expression artistique. Divisée en un espace de création et un espace de critique, elle permet à un collectif largement ignoré par la grande presse d’exprimer ses convictions esthétiques. Trouvant son identité et son impact dans le collectif, la revue littéraire et artistique définit sa position idéologique et esthétique par la place qu’elle occupe au sein d’un réseau international de revues, ainsi que par la proximité et la distance qu’elle entretient avec d’autres publications. D’un point de vue matériel, elle se caractérise par l’importance qu’elle accorde à l’harmonie entre forme et contenu. Elle oscille entre deux extrêmes, se distinguant du livre par sa périodicité, du journal par sa matérialité.

Une sauvegarde numérique prenant en compte les paramètres matériels est de première urgence, car les originaux sont menacés par les effets du temps. Deux facteurs expliquent le mauvais état des documents. D’une part, au milieu du XIXe siècle, un nouveau papier s’est imposé sur le marché de l’imprimé. Fait à partir de pâte de bois, et non exclusivement à partir de pâte de chiffon comme auparavant, ce nouveau papier contient des traces d’acide sulfureux, qui le rend jaune et cassant avec le temps. D’autre part, du fait de l’intérêt que les chercheurs portent aux revues littéraires et artistiques, celles-ci souffrent de petites dégradations à chaque communication. Certaines revues étaient déjà classées hors d’usage dans les années 1950. Un projet de microfilmage a été lancé autour des années 1960, aggravant l’état de certains documents. En 2005, la Bibliothèque nationale de France a entamé un programme de numérisation. Mais l’état des documents interdit souvent une numérisation directe. Les ateliers de numérisation sont donc obligés de numériser les microfilms, poussiéreux et photographiés en noir et blanc.

Débarrassées de leurs couvertures, des pages vierges, des publicités, des bulletins divers, privées de leurs couleurs, les revues numérisées offrent souvent une physionomie très différente des documents originaux, surtout quand les fichiers numériques ont été produits à partir de reproductions (réimpressions ou microformes). Même lorsque la numérisation est faite à partir de l’original, il reste un écart important entre la source et la reproduction : les reproductions sont lacunaires, elles ne prennent pas en compte la matérialité des objets. Elles numérisent le contenu, mais pas la revue, pour ainsi dire. Un contenu, qu’il s’agisse d’un texte ou d’une image, est toujours lié à un état matériel. Se pose alors la question du rôle de la matérialité dans la signification. Lorsque l’on énonce une phrase, est-ce que le ton de la voix module sa signification ? Est-ce que le médium fait partie du message ? Il en va ainsi pour l’écrit. La typographie, la mise en page, la juxtaposition d’un certain contenu avec un autre, la qualité du papier, le façonnage, le format, mais aussi le contexte social, culturel, économique d’une publication peuvent être considérés comme autant de filtres à travers lesquels le contenu doit passer pour arriver au lecteur[1]. Que devient donc un document épuré de sa matérialité ?

Ces questions se condensent dans la problématique principale de mon travail de recherche : quels sont les principes à retenir pour la numérisation des revues littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle, afin que l’accord subtil entre forme et contenu ne soit pas rompu lorsque les supports sont dématérialisés ? J’ai choisi un corpus de quatre périodiques couvrant un large spectre matériel de revues : les revues françaises La Plume (1889– 1914) et L’Épreuve (1894–1895), le trimestriel britannique The Yellow Book (1894–1897) et le périodique berlinois Pan (1895–1900). Ces publications, qui déclinent l’objet revue dans trois aires culturelles, permettent d’explorer les enjeux liés à son essor au sein de sociabilités littéraires et artistiques et au contact de doctrines esthétiques diverses.

Les aspects formels des revues littéraires et artistiques mettent en œuvre un jeu discursif autour de leur identité, elle‑même constituée de différentes matrices du format périodique. On assiste à une contradiction, à une tension constante entre deux pôles : être une publication artistique et littéraire, et être aussi – nécessairement, au risque de ne plus être – un objet commercial. La revue met en œuvre sa propre déconstruction sémantique, qui se manifeste dans son caractère hybride. Elle dé- et recontextualise les formes typographiques pour enrichir le contenu et prendre position dans le champ littéraire et artistique. La hiérarchisation du contenu par la mise en page et le choix du papier codifie cette stratégie, structure la lecture et impose des usages au lectorat. Les revues littéraires et artistiques se constituent en outre en réseau, qui s’étend à l’international ; cela est visible à travers leurs échanges (publicité, articles, débats). Le décryptage de l’anatomie de la revue, de sa matérialité, nous mène à une compréhension plus profonde de la culture médiatique de la fin du XIXe siècle. Elle n’est pas un objet d’art en soi, mais reflète dans sa forme l’avènement d’un changement de paradigme au sein du discours esthétique.

Cela m’amène au cœur de mon travail de recherche : la sauvegarde numérique de la revue littéraire et artistique. Comme nous l’avons vu, elle est confrontée à la nécessité de la dématérialisation, pour rester accessible à la recherche. L’examen de six bibliothèques numériques (Gallica, la Bibliothèque numérique de l’Université de Heidelberg, Internet Archive, The Yellow Nineties Online, le Blue Mountain Project et Jugend Wochenschrift) m’a permis de confronter l’objet à sa reproduction numérique et d’examiner dans quelle mesure une interprétation de la revue numérique peut mener à des conclusions contradictoires par rapport à l’étude de l’original. En comparant les sites qui hébergent des revues littéraires et artistiques, on constate que la numérisation de masse ne répond pas à l’attente d’une reproduction fidèle à l’original. Ces défauts correspondent essentiellement à l’oubli de la matérialité de la source, soumise à des altérations importantes. De plus, il manque souvent des métadonnées décrivant les paramètres matériels comme les dimensions, le type de reliure et le type de papier.

Il semble que le modèle le plus prometteur pour la reproduction des revues soit celui des sites dédiés à un nombre de titres très restreint. Ces sites bénéficient d’un encadrement scientifique assurant une grande fiabilité des données, ainsi qu’une conception du site à la fois pédagogique et adaptée à la recherche.

Maquette de l’interface proposée par l’auteur, avec la revue La Plume.

Un protocole de numérisation a été proposé, soulignant les points importants à prendre en compte dans la procédure de prise de vue, d’enrichissement des métadonnées et de visualisation de la revue sur écran. Pour cela, une maquette fusionnant l’approche traditionnelle de la lecture du document physique et celle du numérique a été réalisée, permettant au lecteur de naviguer le plus naturellement possible dans une revue numérisée. Un des objectifs primordiaux de notre maquette est d’offrir une solution simple et cohérente, destinée à minimiser le nombre d’activation de liens pour arriver à la revue et à faciliter la navigation à travers l’ensemble constituant le périodique. Le problème qui se posait était de trouver une organisation de la collection tenant compte des informations concernant la revue dans sa totalité, mais aussi des éléments qui la constituent (volumes, numéros). Son architecture informatique dynamique, reposant sur plusieurs modules contextuels, permet de parcourir une revue en offrant à l’utilisateur un paramétrage intuitif qui rend claires et intelligibles des données complexes et contribue ainsi à une meilleure compréhension de l’objet.

La numérisation ne peut pourtant pas reproduire la totalité des caractéristiques matérielles d’une revue : elle n’est pas neutre, elle est toujours dépendante d’une approche de l’objet. Si elle est menée sans méthodologie adaptée, sans sensibilité à ses contraintes, comment peut-elle répondre aux exigences des chercheurs qui ont acquis une culture de l’original et qui se trouvent, devant l’écran, face à un objet qui les laisse dans le doute quant à la pertinence de sa reproduction ? Ce n’est pas le senseur optique de haute résolution qui assure une numérisation fidèle à la source, mais l’œil averti de l’utilisateur de l’appareil.

Philipp Leu

[1] Sur les notions de « code linguistique » (contenu) et de « code bibliographique » (forme), voir Jerome McGann, The Textual Condition, Princeton, Princeton University Press, 1991.


Thèse réalisée sous la direction d’Évanghélia Stead (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines), en partenariat avec Jean-Didier Wagneur (Bibliothèque nationale de France).


Publications associées au projet :

Philipp Leu, « Matérialité éloquente. Les revues littéraires et artistiques de la fin du XIXe siècle », dans Étienne Anheim, Anne-Julie Etter, Ghislaine Glasson Deschaumes et Pascal Liévaux (dir.), Les patrimoines en recherche(s) d’avenir, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, coll. « Les passés dans le présent », publ. prévue pour 2017.


Crédit photo à la Une : Tas de revues littéraires et artistiques fin-de-siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *