Les cuirs dorés : production et altération de la feuille d’argent

Les cuirs dorés polychromes ont été très en vogue en Europe à l’époque moderne. Contrairement à ce que leur nom pourrait laisser penser, ces décors ne comportent pas d’or : une feuille d’argent, sur laquelle on appliquait un vernis jaune, était collée sur le cuir. Cette feuille d’argent contient de précieuses informations sur l’histoire des cuirs dorés, mais constitue un support fragile.

Les cuirs dorés polychromes, également appelés cuirs de Cordoue, ont été utilisés en Europe principalement du XVIe siècle au XVIIIe siècle. Ancêtres de nos papiers peints, ils étaient employés comme devants d’autel, en tentures murales ou encore en éléments de mobilier dans les grandes demeures bourgeoises. Deux projets portant sur ces décors, et plus particulièrement sur la feuille d’argent en leur sein, ont été menés de novembre 2014 à octobre 2016 : CORDOBA et CORD’ARGENT. Le premier volet de l’étude examine le potentiel de l’analyse de la feuille d’argent comme outil pour explorer la provenance et la période de fabrication de ces décors ; le second est centré sur le problème de la corrosion de l’argent.

Ces décors étant rarement signés ou marqués, les hypothèses émises sur leur origine s’appuient aujourd’hui essentiellement sur leurs caractéristiques stylistiques. L’objectif du projet CORDOBA est de mettre au point un protocole d’analyses physico-chimiques permettant de caractériser la feuille d’argent contenue dans ces décors et, sur la base des données recueillies, de tenter d’attribuer ces objets à une zone géographique (Espagne, Italie, France, Pays-Bas) et à une période particulière. Ce projet s’est déroulé en plusieurs phases : préparation d’échantillons modèles, optimisation de la méthodologie analytique, analyse d’un corpus de cuirs dorés, traitement et combinaison de ces résultats avec les données stylistiques.

L’analyse de la feuille d’argent a porté essentiellement sur la détermination de sa composition chimique et de son épaisseur, respectivement par Particule Induced X-ray Emission (PIXE) et Rutherford Backscattering Spectroscopy (RBS) sur l’accélérateur de particules AGLAE (C2RMF). Ces recherches ont révélé que plusieurs facteurs influencent les mesures d’épaisseur des feuilles, tels que la rugosité de la surface, la porosité de la feuille, les actions mécaniques ou encore la corrosion. Par conséquent, il n’est pas possible à l’heure actuelle d’établir avec certitude un lien entre des marqueurs chimiques ou physiques et l’origine de la fabrication de ces décors. Pour avoir une chance d’atteindre le but poursuivi, il est indispensable de mieux comprendre l’impact des différents facteurs identifiés, d’élargir le corpus de décors analysés, mais aussi d’inclure les données concernant la nature des autres éléments constitutifs des œuvres (vernis, cuir, polychromie). Ce n’est probablement qu’en croisant l’ensemble de ces informations que l’on pourra espérer faire ressortir des marqueurs. À terme, il est envisagé de créer une base de données permettant de regrouper et de partager au niveau international les informations sur ces décors.

Le projet CORD’ARGENT s’inscrit dans la continuité de CORDOBA. Le ternissement de la feuille d’argent au sein de ces décors est un problème fréquent dans les collections, auquel se heurtent les restaurateurs. Il peut être localisé, mais également généralisé à l’ensemble du décor. Cette altération est problématique, car elle affecte l’apparence et la lisibilité de ces décors et soulève la question de la meilleure approche à adopter pour leur conservation.

Détail des Héros Romains, tenture en cuir doré du musée national de la Renaissance, Écouen © Laurianne Robinet/CRC

Bien que les facteurs à l’origine de cette altération n’aient jusqu’à présent jamais été étudiés, une implication des techniques de restauration apparaît possible. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à deux étapes dans la vie de ces décors : leur fabrication et leur restauration. Le projet s’est organisé en trois parties pour évaluer l’action de différents paramètres sur le ternissement de l’argent : l’influence des caractéristiques de la feuille d’argent (composition, porosité, brunissage) ; l’impact des autres matériaux présents au sein des décors (vernis, colle, couche de protection) ; l’impact de certains traitements de restauration ou d’entretien des cuirs.

Comme dans le cadre de CORDOBA, les analyses ont en partie été menées sur l’accélérateur AGLAE. Elles ont bénéficié d’expériences novatrices avec la mise en place d’une cellule de corrosion. De plus, un panel de techniques analytiques a pu être déployé, impliquant des spécialistes de chacune d’entre elles.

Les résultats obtenus ont livré de nombreuses informations inédites sur ces décors, concernant leur fabrication, leur exposition à l’environnement et leur restauration, ainsi que l’influence de ces paramètres sur le ternissement de l’argent. Le projet a aussi permis de développer des approches analytiques et méthodologiques adaptées à ces décors ; quelques-unes sont innovantes. Dans certains cas, des outils simples et accessibles (par exemple des protocoles d’analyse avec des instruments mobiles) ont été proposés afin que ces travaux puissent être poursuivis par le plus grand nombre de personnes, à la fois scientifiques et restaurateurs. Enfin, le projet s’est intéressé au phénomène de quadrillage observé sur certains décors. L’analyse de la répartition de l’argent a révélé que ce phénomène est multiple et requiert l’analyse d’un corpus plus important de cuirs pour mieux comprendre l’origine de la formation de ce phénomène.

Ce projet est la première étude abordant la question de la corrosion de l’argent au sein de ces décors. Sachant que le nettoyage des produits de corrosion en surface de la feuille d’argent est impossible dans le cas des cuirs dorés, il est indispensable d’accroître nos connaissances sur ce ternissement afin de prévenir sa formation. Par conséquent, les travaux menés et les résultats obtenus ont vocation à ouvrir la voie à de nouvelles recherches dans ce domaine.

Ces recherches, qui ont créé une réelle émulation au sein de la communauté des scientifiques et des professionnels de la conservation-restauration, ont contribué à renforcer le réseau français et européen autour des cuirs dorés. Suite à la journée d’étude organisée en France dans le cadre de CORDOBA en 2015, un ensemble d’experts de différents pays européens (Pays-Bas, Allemagne, Angleterre, France, Espagne, etc.) se sont réunis en 2016 aux Pays-Bas afin de mettre en place un réseau permanent et de discuter des perspectives de recherche sur ces objets patrimoniaux encore peu connus.

Marie Radepont


Projet post-doctoral réalisé entre 2014 et 2016.

Partenaires : Laurianne Robinet (CRC), Claire Pacheco (C2RMF), Muriel Bouttemy et Arnaud Etcheberry (ILV-UVSQ), Céline Bonnot-Diconne (2CRC), Jean-Pierre Fournet, Muriel Barbier et Thierry Crépin-Leblond (Musée national de la Renaissance).


Publications associées au projet :

« Les cuirs dorés polychromes et le multi-accès FIXLAB CHARISMA : Genèse d’une recherche innovante », L. Robinet, C. Bonnot-Diconne, C. Pacheco, M. Radepont, J.-P. Fournet, M. Paris, M. Ioele, Technè, 43, 2016, p. 114-119.

Towards a sharpest interpretation of analytical results by assessing the uncertainty of PIXE/RBS data at the AGLAE facility”, M. Radepont, Q. Lemasson, L. Pichon, B. Moignard, C. Pacheco, Measurement, 2016 (sous presse).

“Impacts of manufacturing and restoration on the silver leaf tarnishing in gilt leather”, M. Radepont, C. Bonnot-Diconne, L. Robinet, S. Thao, C. Pacheco, M. Bouttemy, E. Delbos, Proceedings de la conférence triennale ICOM-CC 2017 – soumis.


Crédits photos à la Une : (à gauche) Détail de l’antependium de l’église Saint-Martin de Golleville, fin du XVIIème siècle © Céline Bonnot-Diconne/2CRC | (à droite) Pose de vernis sur les feuilles d’argent collées sur du cuir pour la reproduction de cuirs dorés modèles selon une recette du XVIIIème siècle © Jean-Pierre Fournet

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *