L’écrit à Saint-Germain-des-Prés au Moyen Âge

L’abbaye de Saint-Germain-des-Prés occupe une place importante dans la France médiévale. L’étude, sur le temps long, de la production documentaire de ce monastère révèle comment les moines ont permis d’assurer sa stabilité.

La légende raconte que l’histoire de Saint-Germain-des-Prés commence lorsque le roi Childebert Ier décide, vers 543, de fonder une basilique à environ 300 mètres au sud-ouest de l’Île de la Cité sur la rive gauche de Paris, afin d’entreposer les reliques de saint Vincent et de la Sainte-Croix. En réalité, les origines de l’abbaye sont plus fermement établies quand Germain, évêque de Paris, consacre le 23 décembre 558 la basilique bâtie sur le fisc royal d’Issy à l’occasion de l’inhumation du corps de Childebert Ier. Le prélat y installe une communauté de moines, dirigée par l’un de ses disciples, l’abbé Droctovée (558-v. 580), et place l’abbaye sous la protection des souverains, la rendant ainsi libre de toute domination séculière. Devenu nécropole des rois, le monastère adopte la règle de saint Benoît à la fin du VIIe siècle et prend le nom de Saint-Germain, après la translatio en 755 des reliques du saint fondateur dans l’église abbatiale.

En vertu de cette immunité royale, le monastère s’impose comme le plus grand établissement ecclésiastique de la rive gauche de Paris. Malgré les importants dégâts causés par les raids normands et les contestations et sécularisations qui les suivent, Saint-Germain-des-Prés conserve un patrimoine florissant, particulièrement dense le long de la vallée de la Bièvre. À partir du XIIe siècle, cette puissante assise temporelle est soutenue par la papauté qui convertit l’immunité royale en un large ensemble de libertés qui soustraient entièrement le bourg monastique à la domination de l’évêque de Paris.

Au début du XIIIe siècle, la domination de Saint-Germain-des-Prés se heurte aux défis posés par une concurrence croissante et multiforme (roi de France, Université de Paris, puissants seigneurs et communautés villageoises). Au XIVe siècle, le monastère entre dans l’une des périodes les plus délicates de son histoire. Bénéfice majeur de l’Église de Rome, il subit l’alourdissement de la ponction pontificale et doit participer, en tant que monastère du domaine royal, aux lourdes aides extraordinaires exigées par le roi pour mener la guerre.

Au début du XVe siècle, Saint-Germain devient un monastère de puissance moyenne, mais qui a su maintenir son prestige. Cela vient sans doute du fait que les moines de Saint-Germain ont su manier l’écrit, parmi une panoplie d’actions sociales destinées à garantir la stabilité de leur monastère (politiques architecturales, rituels de délimitation spatiale, etc.).

Cette thèse de doctorat examine, sur le temps long, les évolutions de ces pratiques d’écriture. Elle a pour objectif de répondre aux deux questions suivantes : comment les transformations institutionnelles ont-elles entraîné une évolution des pratiques d’écriture à Saint-Germain-des-Prés entre le IXe siècle et le début du XVe siècle ? Et, en retour, comment cette mutation documentaire a-t-elle participé d’un changement à basse intensité des formes de la domination du monastère ?

L’enquête s’appuie sur l’examen d’un vaste corpus, longuement constitué et relativement bien conservé pour ses titres les plus anciens. Entre les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France, on recense plus de mille chartes originales, divers registres (polyptyque d’Irminon, sept cartulaires, une dizaine de censiers, un « livre de justice ») et quelques rouleaux (un cartulaire-rouleau, des comptabilités et un arpentage d’une modeste seigneurie). À travers l’étude d’une série d’inventaires produits entre les années 1520 et 1789, trois principales vagues de production documentaire ont été repérées : une amorce de la croissance entre 1170 et 1220, qui donne lieu à la rédaction du premier cartulaire encore conservé ; une croissance documentaire forte et constante au XIIIe siècle marquée par l’envol de la production de cartulaires et l’apparition de documents de gestion ; une intensification de la production d’écrits administratifs, entre le début du XIVe siècle et le début du XVe siècle. L’apparition et la multiplication de ces formes documentaires conduisent à rassembler ces trois phases en deux temps.

Entre le XIe siècle et le début du XIIIe siècle, une série d’évolutions institutionnelles et de concurrences venues de l’extérieur du cloître, comme celle des évêques de Paris, conduit les moines à transformer leurs pratiques. En retour, ces évolutions documentaires entraînent de profonds changements des fondements de la domination sur la gestion des archives, le contrôle des hommes et des femmes et l’espace.

Le second moment, qui réunit les deux derniers temps de production écrite observés, correspond à un tournant documentaire apparu au milieu du XIIIe siècle. Sous la pression de concurrences dont l’intensité n’a jamais été aussi forte (roi, Université de Paris, autres institutions ecclésiastiques), l’écrit devient le garant de la stabilité institutionnelle de l’abbaye. Cette évolution est particulièrement perceptible dans la constitution d’une gestion consciencieuse des archives, dans la territorialisation réticulaire du pouvoir ainsi que dans le développement du domaine de l’administratio monastique et du contrôle des agents.

La méthodologie élaborée et testée dans le cadre de ce travail doctoral consiste d’abord en une histoire documentaire. Les analyses reposent sur la mobilisation des techniques des sciences dites « auxiliaires » de l’histoire. Une grille d’analyse codicologique et paléographique a été appliquée à l’ensemble des manuscrits pour les dater et étudier leur structure et leur contenu, qui renseignent eux-mêmes sur les choix documentaires des moines. L’ensemble de ces études matérielles apparaît sous la forme de dossiers analytiques qui cherchent à éclairer une partie des changements institutionnels observés à Saint-Germain. On peut mentionner l’exemple des actes abbatiaux de Saint-Germain-des-Prés, c’est-à-dire les chartes dont l’abbé est l’auteur. Une étude diplomatique de certaines parties du discours de ces actes (suscription et souscription) permet de révéler, sous l’abbatiat d’Hugues de Monceaux (1162-1182), une profonde mutation de nature juridique de l’autorité abbatiale.

Charte d’Hugues de Monceaux autorisant le mariage d’un serf de Saint-Germain avec une serve de Notre-Dame-de-Paris, 1178 (Paris, AN, L 760 n°6).

Le deuxième parti pris de ce travail a été d’inscrire ces analyses documentaires dans un cadre conceptuel global empruntant à diverses traditions historiographiques françaises et étrangères. D’un côté, des recherches issues des autres sciences sociales (sociologie, histoire de l’art, histoire du droit, géographie) ont servi à questionner les réflexions sur la matérialité des documents au prisme de notions éclairantes, comme le changement institutionnel graduel. Cette notion est issue de travaux de sociologues américains spécialisés dans l’étude des milieux entrepreneuriaux, qui repensent l’institution comme un champ relationnel d’acteurs, dont les actions lui permettent d’évoluer et de s’adapter constamment aux défis qu’elle rencontre[1]. Du côté des travaux en histoire du Moyen Âge, des études portant sur les pratiques médiévales de l’écrit ont servi à confronter le rythme des transformations des pratiques d’écriture à Saint-Germain à ceux d’autres institutions ecclésiales ou laïques[2].

 

[1] James MAHONEY et Kathleen THELEN, Explaining Institutional Change: Ambiguity, Agency, and Power, New York, Cambridge University Press, 2009 ; James MAHONEY, « Path Dependence in Historical Sociology », Theory and Society, 29, 4, 2000, p. 507- 548.

[2] La dimension comparative a largement été explorée par Robert Berkhofer : Robert F. BERKHOFER III, Day of Reckoning: Power and Accountability in Medieval France, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2004. Pour une étude de cas sur l’abbaye de Saint-Denis : Olivier GUYOTJEANNIN, « La science des archives à Saint-Denis (fin du XIIIe – début du XVIe siècle) », Françoise AUTRAND, Claude GAUVARD et Jean-Marie MOEGLIN (dir.), Saint-Denis et la royauté. Mélanges offerts à Bernard Guenée, actes du colloque international en l’honneur de B. Guenée, Paris, 2-4 mai 1996, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 338-353.


Partenaires :

Pierre Jugie (Archives nationales)

Pierre Chastang (DYPAC-UVSQ, Paris-Saclay)

Adam Kosto (Columbia University)


Crédit Photo à la Une : L’abbé Guillaume L’Évêque renvoie un pitancier de Saint-Germain (Paris, AN, L778 n°147).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
fsp (27 juin 2023). L’écrit à Saint-Germain-des-Prés au Moyen Âge. Fondation des sciences du patrimoine. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ow4r


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search