Un robot au musée : apprentissage cognitif et conduite esthétique

Bernard Berenson (1865-1959) est un historien de l’art américain, spécialiste de la peinture italienne de la Renaissance. C’est aussi le nom d’un robot qui apprend à développer des préférences esthétiques au contact d’œuvres conservées dans les musées.

Plusieurs travaux de recherche mettent en jeu des robots dans des musées, où ils sont souvent envisagés comme des œuvres d’art ou des médiateurs pouvant remplacer le personnel du musée (guides interactifs, par exemple). À l’université de Cergy-Pontoise, les chercheurs se sont posé la question suivante : comment un robot peut-il apprendre à développer des préférences esthétiques lorsqu’il est en immersion au sein d’un musée ? Pour tenter d’y répondre et de comprendre le développement des préférences esthétiques, ils ont créé Berenson, un robot amateur d’art de taille adulte. Berenson ne parle pas, mais il peut manifester ses préférences directement par le biais de ses expressions faciales. Il sourit au contact des œuvres d’art qui lui plaisent et fait la moue quand il n’aime pas quelque chose. Il a la capacité de généraliser son apprentissage et peut par conséquent donner son avis sur tout. Il associe ce qu’il voit à ce qu’il a déjà appris de plus ressemblant. Mais comment a-t-il appris ?

Berenson exploite le principe du « social referencing » en interagissant avec les visiteurs. Au musée, il apprend, sous la supervision d’un humain, à associer une œuvre d’art à une « émotion » positive vers laquelle il se dirige en souriant ; ou, au contraire, à l’associer à une « émotion » négative, qui l’incitera à s’en éloigner, en faisant la moue. À la suite de cet apprentissage, Berenson déambule dans le musée, allant d’une œuvre à l’autre ou d’un visiteur à l’autre, en se dirigeant de manière préférentielle vers ce qui lui « plaît » et en s’éloignant de ce qui lui « déplaît ». Les résultats montrent que l’attitude du robot est spontanément compréhensible pour les autres visiteurs, du fait de ses expressions faciales. Ses déplacements le conduisent à faire varier progressivement ses préférences esthétiques, en renforçant ou en diminuant leur intensité en fonction des caractéristiques visuelles de son environnement qu’il retient. En dépit de la simplicité apparente des principes qui guident le comportement de Berenson, les nombreuses heures d’enregistrement effectuées montrent que sa présence invite la majorité des visiteurs participant à l’expérimentation à s’interroger sur la nature de leur propre jugement du goût. Plus fondamentalement, l’expérimentation les conduit souvent à s’interroger sur la nature même de la notion de « préférence esthétique », ou encore sur ce que cela signifie de partager, en apparence, une telle faculté avec une machine. Au cours des expérimentations réalisées au musée du quai Branly-Jacques Chirac, les chercheurs ont pu interroger un nombre appréciable de visiteurs sur les critères de leurs préférences esthétiques et sur l’appréciation de certaines œuvres. Les résultats ont montré que les œuvres qui suscitent le plus d’intérêt auprès des visiteurs sont celles qui obtiennent les avis les plus divergents.

Interaction entre Berenson et un visiteur au musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Le projet Berenson a ouvert d’autres questions, portant par exemple sur la façon dont l’apprentissage dans un musée peut influencer le comportement du robot. L’expérience au musée fournit un cadre réaliste pour l’apprentissage interactif de Berenson, car les interactions entre les visiteurs et le robot sont plus naturelles et moins stéréotypées que dans le cas des robots préprogrammés. Ainsi, un environnement comme un musée peut avoir un impact significatif sur la diversité de l’apprentissage. Ce type d’apprentissage devrait permettre à Berenson de modifier sa manière de voir le monde lorsqu’il est placé dans un autre environnement. Les chercheurs ont mené une expérience avec seize robots simulés, répartis en deux populations : la première a eu un apprentissage cumulatif au musée, tandis que la seconde a appris exclusivement en laboratoire. Les deux populations ont eu pour objectif de trouver un objet spécifique dans un nouvel environnement. Les résultats ont montré que la population ayant appris au musée présente une plus grande diversité de choix lorsqu’on lui demande de trouver cet objet, ce qui maximise les chances de succès de l’ensemble de la population face à de nouveaux objets.

Forts des résultats déjà obtenus, les chercheurs veulent utiliser Berenson pour interroger certaines des fonctions essentielles que l’apprentissage des préférences esthétiques met en jeu dans nos sociétés. S’il est vrai que de nombreuses réflexions ont déjà été menées sur le rôle des musées en termes d’enrichissement personnel sur le plan culturel et esthétique ainsi que sur les enjeux qui leur sont liés dans une perspective mémorielle, patrimoniale, identitaire ou idéologique, beaucoup reste à faire selon nous pour mieux comprendre le rôle que les conduites esthétiques jouent aussi, au niveau le plus fondamental, en termes d’apprentissage plus spécifiquement cognitif.

Aliaa Moualla, Sofiane Boucenna, Denis Vidal, Philippe Gaussier


Partenaires

Laboratoire ETIS, UMR 8051 (CY Cergy Paris Université, ENSEA, CNRS)

Musée du quai Branly-Jacques Chirac


Publications associées au projet

Hasson, C., Gaussier, P., & Boucenna, S. (2011). Emotions as a Dynamical System: The Interplay Between the Meta-Control and Communication Function of Emotions. Paladyn, 2(3), 111-125. DOI 10.2478/s13230-012-0005-4.

Boucenna, S., Gaussier, P., Andry, P., & Hafemeister, L. (2014a). A Robot Learns the Facial Expressions Recognition and Face/Non-Face Discrimination Through an Imitation Game. International Journal of Social Robotics, 6, 633-652. DOI 10.1007/s12369-014-0245-z.

Boucenna, S., Gaussier, P., & Hafemeister, L. (2014b). Development of First Social Referencing Skills: Emotional Interaction as a Way to Regulate Robot Behavior. IEEE Transactions on Autonomous Mental Development, 6(1), 42-55. DOI 10.1109/TAMD.2013.2284065.

Moualla, A., Karaouzene, A., Boucenna, S., Vidal, D., & Gaussier, P. (2017). Readability of The Gaze and Expressions of a Robot Museum Visitor: Impact of the Low Level Sensory-Motor Control. In 2017 26th IEEE International Symposium on Robot and Human Interactive Communication (RO-MAN), 712-719. DOI 10.1109/ROMAN.2017.8172381 .

Moualla, A., Boucenna, S., Karaouzene, A., Vidal, D., & Gaussier, P. (2018). Is It Useful for a Robot to Visit a Museum? Paladyn, Journal of Behavioral Robotics, 9(1), 374-390. DOI 10.1515/pjbr- 2018- 0025.



Citer ce billet
fsp (2022, 6 octobre). Un robot au musée : apprentissage cognitif et conduite esthétique. Fondation des sciences du patrimoine. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ow4o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search