Télévision et patrimoine, des origines à la fin des années 1990

Symbole des médias de masse depuis les années 1950, la télévision est le média le plus populaire auprès des Français au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Au cours de cette période, elle a également accompagné et favorisé la construction d’une conscience patrimoniale.

Cette thèse, achevée en 2015, propose une première étude des représentations du patrimoine culturel matériel à la télévision de 1950 à 1999. S’inscrivant à la croisée de l’histoire culturelle et de l’histoire des médias, elle se saisit de l’objet sous un angle inédit. Les liens entre patrimoine et télévision n’avaient en effet jamais été explorés.

La démarche qui a présidé à cette recherche a consisté à ne pas proposer de définition a priori du patrimoine et à accepter tout ce qui est nommé et considéré comme tel à la télévision. Ainsi, à côté des monuments et des beaux-arts, figurent l’environnement, le vernaculaire, ainsi que les patrimoines scientifiques, techniques et industriels. De même, tous les genres de programmes ont été étudiés : documentaires, magazines, journaux d’information, jeux télévisés. Seule la fiction a été exclue.

L’objectif était double : étudier un type de programmes de télévision mal défini et aux contours flous, en retracer la généalogie et en établir les caractéristiques et les évolutions ; analyser les représentations du patrimoine dans un média de masse et inscrire leurs changements au regard de l’intérêt croissant du public pour le patrimoine dans la seconde moitié du XXe siècle.

Toutes les sources de la télévision ont été exploitées : les programmes eux-mêmes, mais aussi les documents qui s’y rapportent et les éclairent, les archives de la télévision et la documentation écrite interne comme externe à l’institution, la paralittérature et la presse spécialisée sur la télévision. Des entretiens avec des professionnels, encore en activité ou non, ont également été menés. Comment les professionnels de la télévision ont-ils voulu traiter ce sujet et qu’ont-ils souhaité offrir aux téléspectateurs ? En étudiant les discours sur le patrimoine, on met au jour les différentes fonctions qui lui sont attribuées par les journalistes et les producteurs, par exemple dans le rapport au passé, à l’identité et à la modernité.

Vignettes de quatre émissions du corpus analysé

Vignettes de quatre émissions du corpus analysé

Cette thèse propose une première partie chronologique suivie de trois parties thématiques qui traversent l’ensemble du corpus et de la période.

Le découpage chronologique s’articule autour de quatre périodes identifiées selon la compréhension de la notion de patrimoine par les professionnels de télévision, et donc la façon dont les programmes en rendent compte. L’étude chronologique établit que la visibilité télévisuelle du patrimoine a cru parallèlement à la popularisation et à la démocratisation de celui-ci, et que la diversité des patrimoines montrés reflète l’évolution de la notion.

La deuxième partie de la thèse aborde la question suivante : le patrimoine est-il un programme culturel ou un programme de société ? Les méthodes de l’histoire des médias permettent d’avancer qu’il n’existe pas de genre télévisuel « patrimoine ». Nous formulons l’hypothèse que, si le patrimoine est un sujet culturel, les programmes télévisés sur le patrimoine ne sont pas « cultivants ». Le patrimoine est également devenu un sujet de société, comme le reflètent notamment la surreprésentation du genre magazine et du format plateau, ou le traitement journalistique.

Le programme sur le patrimoine relève-t-il de la culture de masse ? Les procédés de mise en images, l’esthétique, la narration et le choix des sujets tendent à indiquer une volonté de rendre les programmes sur le patrimoine plus accessibles et potentiellement plus populaires. Les professionnels de la télévision assignent trois rôles aux émissions sur le patrimoine : la médiation d’abord ; l’éducation au patrimoine et la formation du goût ; enfin, la capacité de la télévision à « inventer » du patrimoine. Quant à l’évolution des programmes sur le patrimoine, trois processus la caractérisent : la généralisation du patrimoine dans les programmes, à la fois en terme de régularité et de visibilité ; la banalisation de ce sujet ; enfin, un processus de « moyennisation », c’est-à-dire un traitement de plus en plus homogène et moins polémique, et une réduction des ambitions éducatives.

La quatrième partie est dédiée à l’étude des émotions dans les programmes. Au travers de cette thématique sont étudiés les sentiments et les émotions mobilisés, leur utilité au regard de leur intensité et leurs fonctions (spectacularisation, mobilisation). On observe une idéalisation du territoire, l’expression d’un sentiment de fierté nationale, ainsi que l’utilisation du patrimoine comme refuge, associé à des valeurs identitaires faisant écho aux angoisses de la société française dans la seconde moitié du XXe siècle. Ce travail est une contribution à l’histoire de la production des sensibilités au patrimoine dans la France du XXe siècle. Pour cela, il a fallu retracer la construction de ce sujet journalistique, analyser ses mises en récit et en images, étudier ses ressorts polémiques.

La catégorisation au départ problématique de cet objet télévisuel trouve sens au regard de nos conclusions. Il s’agit d’un objet hybride qui jouit d’une image culturelle sans avoir de contenu cultivant, et d’un programme « médian », ni totalement populaire, ni vraiment érudit. Cette thèse interroge également les effets en retour de la médiatisation. Le patrimoine est traité de la même manière qu’un sujet de société, à plus forte raison parce qu’il fait l’objet de passions dans l’opinion publique. Il est un prétexte à l’évocation du passé sans que la science historique ne soit mobilisée, et peut servir les discours de repli et de défense de l’identité régionale et nationale. Les programmes de télévision ont rendu le patrimoine plus proche du public et plus accessible en atténuant progressivement son image d’objet hautement culturel et de pratique culturelle socialement marquée. Le tourisme patrimonial a connu un succès croissant sur la même période et nous affirmons que cette pratique a été encouragée par la télévision, qui a donné du patrimoine l’image d’un produit consommable.

Cette thèse connaît actuellement un développement dans le cadre d’un projet de recherche post-doctoral (TvPatMat), qui vise à la réalisation d’un outil numérique de vulgarisation du savoir sur le patrimoine. Sous la forme d’un site internet, il utilisera les vidéos de l’INA pour expliquer l’histoire du patrimoine en France et de sa médiatisation, tout en proposant des ressources pour les chercheurs.

Thibault le Hégarat


Thèse réalisée sous la direction du professeur Christian Delporte.

Projet porté par l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Université Paris-Saclay, Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (EA 2448) et l’Institut National de l’Audiovisuel.


Publications associées au projet :

T. Le Hégarat, « Un nouvel univers sonore pour les Français. Les fonctions d’identification, de ritualisation et de remémoration des sons de la télévision », in Juliette Aubrun, Catherine Bruant, Laura Kendrick, Catherine Lavandier et Nathalie Simonnot (dir.), Silences et bruits du Moyen Âge à nos jours. Perceptions, identités sonores et patrimonialisation, Paris, L’Harmattan, 2015, p. 131-143.

T. Le Hégarat, « “La science et l’art font bon ménage.” Quand les émissions de télévision font dialoguer œuvres d’art et sciences expérimentales à travers l’exemple de Secrets des chefs-d’œuvre (1959-1974) », in Eric Thouvenel et Priska Morrissey (dir.), Actes de l’ANR FILCREA, Université de Rennes 2 (à paraître).

T. Le Hégarat, « La France défigurée, première émission d’écologie à la télévision », Le Temps des médias, 25-2, 2015, p. 200-213.

T. Le Hégarat, « La nostalgie dans les émissions sur le patrimoine », Modern & Contemporary France, 23-1, 2015, p. 179-195.

T. Le Hégarat, « Patrimoine et matérialité », Circé. Histoire, cultures, sociétés, 3, 2013.


Crédit photo à la Une : montage fait par Thibault le Hégarat à partir de deux clichés libres de droit


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *