Cercueils égyptiens à fond jaune : un rendu caractéristique de chaque atelier ?

L’Égypte antique est connue pour la richesse et le raffinement de ses productions funéraires. Très diverses, celles-ci ne se limitent pas aux célèbres tombes des pharaons.

Les cercueils de l’Égypte antique, dernière enveloppe du défunt, ont été le fruit d’une constante évolution des pratiques funéraires à travers les siècles. Les cercueils de la XXIe dynastie en sont l’un des témoignages les plus éloquents. Du fait de troubles sociaux et de nombreux pillages, l’emploi de sépultures individuelles devient rare et celles-ci sont abandonnées au profit de tombes collectives. Les cercueils jouent alors le rôle de tombe à part entière et s’ornent de décors fastueux : les décors représentés sur leurs parois figuraient auparavant sur celles des tombes. Les cercueils sont entreposés dans divers espaces. Les plus notoires sont de longs couloirs creusés à même la montagne thébaine. Ces « cachettes », telles que la célèbre cachette de Bab el Gasus, furent découvertes à la fin du XIXe siècle, révélant parfois des centaines d’objets, aujourd’hui conservés dans diverses collections muséales. Cette production est désignée par l’appellation « cercueils à fond jaune ». Elle tente par son aspect caractéristique de reproduire, d’une certaine manière, l’apparence des cercueils royaux de la même époque, qui pouvaient être en or, incrustés de pierres semi-précieuses et de pâtes de verre colorées. Les ensembles funéraires les plus complets sont composés d’une couverture de momie recouvrant le défunt et d’un assemblage de deux cercueils anthropomorphes emboîtés l’un dans l’autre, comprenant chacun une cuve et un couvercle.

Une étude matérielle de ces objets a été menée par le département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre et le C2RMF dans le cadre du projet LuxOr. Cette thèse a permis l’étude et l’analyse d’une dizaine d’ensembles funéraires datés des XXIe dynastie (1069-945 av. J.-C.) et XXIIe dynastie (945-715 av. J.-C.). Ce travail collaboratif prend part au Vatican Coffin Project. Grâce à une approche pluridisciplinaire, il tente de rapprocher les cercueils présentant les mêmes caractéristiques stylistiques, iconographiques et matérielles dans le but, entre autres, de définir des signatures propres à des ateliers de production.

L’application systématique d‘un protocole analytique défini a permis l’identification, sur le corpus étudié, d’un schéma récurrent de mise en œuvre des objets, dont la stratigraphie est décrite en figure 1.A. Le support en bois est recouvert d’une épaisse couche de mouna1 et d’une couche de préparation beige, qui permettent de lisser et d’homogénéiser la surface du support ; des toiles peuvent alors être appliquées pour renforcer sa structure. Une préparation blanche couvre l’ensemble de la surface et reçoit la polychromie, qui se trouve constituée du fond, du dessin préparatoire et de la couche picturale2. Le vernissage est la dernière étape de la mise en œuvre des cercueils.

Figure 1 : [A] stratigraphie du modèle de mise en œuvre des cercueils ; [B] schéma simplifié des différentes combinaisons possibles en fonction des types de fonds jaunes et des natures de vernis pouvant être considérées comme marqueurs matériels d’ateliers de production. © C2RMF/L. Brunel-Duverger.

En dépit de l’appellation « à fond jaune », c’est en réalité l’emploi conjoint d’un fond jaune et d’un vernis jaune qui donne à cette production son aspect caractéristique. Le fond et le vernis ne se trouvent pas appliqués systématiquement de la même façon selon la partie du cercueil réalisée3. L’étude de micro-prélèvements a révélé que le fond était obtenu de quatre façons distinctes grâce à l’emploi de matériaux jaunes ferreux et d’orpiment (As2S3). Ces pigments ont été appliqués en couches simples et pures, en mélange ou en superposition (figure 1.B). Le vernis jaune, identifié comme de la résine mastic, exsudat du pistachier, était appliqué seul ou avec des grains d’orpiment. Alors que les matériaux ferreux peuvent avoir des teintes variant du jaune clair au plus sombre, l’orpiment est connu pour avoir des propriétés optiques particulières, dont le caractère brillant renvoie au métal doré auquel il emprunte son nom4. Dans les croyances égyptiennes, l’or est le matériau qui s’apparente le plus à la chair des dieux. De ce fait, l’orpiment ne peut être dissocié de sa portée symbolique : sa présence témoignerait d’une forme de divinisation du défunt. L’association d’un type de fond à un vernis offre une multitude de combinaisons (figure 1.B). Chaque combinaison entraîne un rendu final différent et constitue une variation du modèle de mise en couleur de ces cercueils, pouvant ainsi définir une pratique matérielle et/ou rituelle attribuable à un atelier d’artisans.

Le travail de thèse visait en partie à mettre en place une méthodologie analytique non-invasive et non-destructive, permettant de renseigner la nature du fond et celle du vernis sur des échelles plus représentatives de l’objet qu’un micro-prélèvement5. L’emploi corrélé de la cartographie par spectrométrie par fluorescence de rayons X (MA-XRF) avec la tomographie par cohérence optique (OCT) a permis d’obtenir respectivement la répartition spatiale des éléments fer et arsenic présents dans le fond et/ou le vernis de la zone analysée, et la mise en évidence d’un vernis pur ou contenant des particules dispersées et cela, quelle que soit la combinaison fond/vernis étudiée. Cette étude a aussi permis de révéler les coups de pinceau et le sens d’application de certains matériaux constitutifs des fonds.

Les résultats, bien que prometteurs, ne nous permettent pas pour l’heure d’affirmer avec certitude que cette piste matérielle du rendu jaune des objets soit significative d’ateliers de production. Pour cela, il est nécessaire de croiser cette piste avec les autres variations identifiées (modes d’application, nature de la préparation blanche et des pigments verts) afin de définir des groupes de cercueils présentant un modèle d’élaboration similaire en tout point. Cette première étape, qui ne concerne que l’approche matérielle, doit être mise en perspective avec les informations chronologiques et géographiques ainsi qu’avec les caractéristiques stylistiques et iconographiques identifiées par les études égyptologiques. Les premières hypothèses formulées ne pourront en outre être validées que par l’étude d’un plus large corpus, représentatif de cette production qui s’est étendue sur une large région allant de Thèbes à sa province pendant plus de 150 ans.

Lucile Brunel-Duverger

[1] Mouna est un terme égyptien désignant un mélange de limon et de débris végétaux.

[2] La couche picturale est composée d’un mélange de pigment et d’un liant protéinique de type colle de peau.

[3] L’application du fond jaune et du vernis varie selon que l’on étudie le couvercle, le décor intérieur ou extérieur des cuves. Ces modes d’application peuvent également varier d’un ensemble funéraire à un autre.

[4] Le célèbre aurum pigmenti, mentionné par Pline, doit son nom latin à ses caractéristiques optiques très proches de la brillance de l’or. Il est d’ailleurs souvent utilisé comme un substitut de ce dernier, la couche picturale réfléchissant la lumière de manière équivalente à celle des paillettes d’or (S. Pagès-Camagna, Études spécifiques – Caractérisation de la polychromie, dans les fouilles du Louvre à Saqqara, Éditions du Louvre et Peeters Publishers, 2013).

[5] Surface de l’ordre du mm².


Partenaires :

Nancy Brodie-Linder (CY Cergy Paris Université)

Sandrine Pagès-Camagna et Yvan Coquinot (C2RMF)

Hélène Guichard, Caroline Thomas et Patricia Rigault-Déon (Musée du Louvre, Département des Antiquités égyptiennes)

Victoria Asensi Amorós (Xylodata)


Publications associées au projet :

L. Brunel-Duverger, Couleur et technique des cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie égyptienne : de l’origine des pigments à leur altération, Thèse de doctorat, CY Cergy Paris Université, 2020.

L. Brunel-Duverger et al., « Les pigments verts en Égypte au début de la Troisième Période intermédiaire : de l’objet à l’artisan », Technè, 50, 2020, p. 10-18, https://doi.org/10.4000/techne.7451

L. Brunel-Duverger et al., “The Contribution of Non-Invasive and Non-Destructive Techniques to the Understanding of the 21st Dynasty Egyptian Yellow Coffins Complex Stratigraphy”, European Physical Journal Plus, 2019, 134, 257, https://doi.org/10.1140/epjp/i2019-12622-2

L. Brunel-Duverger et al.,Polychromy Study of Yellow Coffins Production, First Results from DAE Objects”, in Proceedings 2nd Vatican Coffin Conference, Ed. Musei Vaticani (sous presse).

L. Brunel-Duverger et S. Pagès-Camagna, « Identification matérielle et protocole de mise en couleurs des cercueils à fond jaune des collections du musée du Louvre », in Les cercueils de la XXIe dynastie au début de la XXIIe dynastie dans la collection du musée du Louvre, A. Niwinski et P. Rigault-Déon (dir.), Paris, Ed. Khéops (2022, à paraître).


Crédit Photo à la Une : Cuve du cercueil intérieur de Tanetimen, chanteuse d’Amon-Rê (Thèbes-Ouest, milieu de la XXIe dynastie). Musée du Louvre, n° inv. N 2562. © C2RMF/A. Maigret


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search