Exposer et patrimonialiser la littérature dans le Magazine littéraire

Les liens entre patrimoine et littérature sont multiples et intéressent de plus en plus les établissements culturels, le public et les chercheurs, comme le montre l’étude des collections du Magazine littéraire.

Publié depuis novembre 1966, le Magazine littéraire a pour principal enjeu de rendre accessible la connaissance littéraire. L’étude des collections de ce mensuel montre que la médiatisation de la littérature privilégie la figure de l’écrivain, objet de vedettariat. Par des moyens propres au magazine spécialisé, notamment le recours abondant aux illustrations, le Magazine littéraire s’inscrit dans une entreprise de monstration et de mise en scène de la littérature, et cherche à fournir à son lectorat les traces tangibles de son objet. Ces éléments matériels enrichissent l’imagerie du titre et sont multiples, l’éventail allant des reproductions de manuscrits, de lettres et d’objets ayant appartenu aux écrivains, aux photographies de ces derniers et de leur maison.

La prise en compte de la matérialité de la littérature[1] par le Magazine littéraire se donne à voir dans son rôle de promoteur du livre. Elle repose aussi sur l’ambition de reconstituer un souvenir, une mémoire des écrivains et des textes littéraires à partir d’objets et de s’inscrire dans une forme de célébration patrimoniale. Rendre concrète la littérature, c’est aussi le parti pris des musées littéraires et des maisons d’écrivains. On observe à cet égard un parallèle entre le succès de ces institutions et l’accent mis sur un patrimoine matériel des écrivains dans le Magazine littéraire. Par exemple, à partir de l’année 1994, chaque mois, une chronique fait découvrir une maison d’écrivain et invite au tourisme littéraire[2]. De plus, dans les années 1990, le titre collabore désormais avec deux nouvelles structures archivistiques, l’Institut des Mémoires de l’Édition Contemporaine (IMEC), fondé en 1988, et la Bibliothèque nationale de France (BnF), inaugurée par F. Mitterrand en 1995, qui organisent régulièrement des expositions littéraires. Les témoignages de conservateurs du patrimoine ou des bibliothèques, ainsi que de collectionneurs et de bouquinistes, s’y multiplient.

L’accès aux manuscrits, aux objets ayant appartenu aux écrivains ou encore aux lieux dans lesquels ils ont vécu, même s’il passe par la médiation de l’image, offre la possibilité au lecteur de basculer du monde imaginaire et idéal du texte littéraire vers le monde sensible et charnel de l’écrivain. Cette perception sensible de l’écrivain comme de ce qui participe matériellement à l’écriture a une forte valeur mnésique auprès du lectorat. Le média littéraire met en circulation des images de l’écrivain et de son œuvre, porteuses de valeurs symboliques. Ces images participent activement au processus de transmission et mettent en relation plusieurs formes d’art. Les reproductions d’images dans le Magazine littéraire peuvent être classées en quatre catégories qui, tout en se distinguant, restent perméables.

Tout d’abord, le portrait de l’écrivain, fondamental pour le Magazine littéraire, est décliné tout au long du Dossier[3]. Photographié, dessiné, peint, sculpté, le portrait de l’écrivain donne un visage (ou un masque) à l’œuvre littéraire. Il fait écran à cette dernière : tout en proposant une médiation, il fait obstacle au texte. Sa présence entérine, au sein des pages du titre, une critique biographique qui associe homme et œuvre. Ce visage de l’écrivain exposé, connu et reconnu, principal vecteur de célébrité, nourrit les représentations de la littérature du titre, qui entend personnifier cette dernière. Dans le numéro de février 1984, en donnant à voir la sculpture de Denis Diderot par Jean Gautherin, située au 145 boulevard Saint-Germain à Paris, la rédaction insiste sur une figure d’écrivain devenu monument national. La représentation officielle de l’écrivain, immortalisé dans la pierre, habite l’espace public parisien autant que l’espace des pages du Magazine, qui restitue de cette façon l’« aura » institutionnelle de Diderot. La figure de l’écrivain suscite une multitude de créations artistiques autres que littéraires, et le titre les exploite abondamment dans ses pages. Cette polyphonie des arts, suggérée par la diversité des portraits proposés, alimente l’imaginaire du lecteur devant une figure à la fois réelle et recréée, prosaïque et légendaire, de l’écrivain.

À cette première catégorie que sont les représentations artistiques ou stéréotypiques du corps et du visage de l’écrivain vient s’adjoindre une deuxième catégorie d’images qui renvoie à sa vie intime, privée et quotidienne, comme à son environnement (son jardin, sa maison, son bureau). Les héritiers d’écrivains, comme les filles de Jean Giono, la veuve de Roger Vailland et la veuve de Louis-Ferdinand Céline, sont de précieux collaborateurs du journal grâce aux collections particulières de photographies de famille qu’ils mettent à la disposition du directeur artistique du Magazine littéraire. Ces photographies ont une valeur documentaire, au carrefour du familial et du sociologique, de l’intime et du public. Elles inscrivent l’auteur dans un continuum temporel et le donne à voir dans une destinée qui part de l’enfance.

La troisième catégorie concerne l’écrit, le manuscrit et le livre. La signature de l’auteur étudié est reproduite et agrandie pour apparaître en arrière-plan de l’introduction du Dossier ; les reproductions de lettres manuscrites sont prisées par la rédaction. L’intérêt de plus en plus significatif du Magazine littéraire pour les manuscrits des écrivains est également lié à l’essor de la critique génétique des textes, portée notamment par le spécialiste de Flaubert, Pierre-Marc de Biasi qui, à partir de la décennie 1990, coordonne la plupart des Dossiers du Magazine littéraire consacrés à un écrivain du XIXe siècle.

Signature et portrait de l’écrivain ouvrant la section Dossier du Magazine littéraire. Magazine littéraire n°254, André Breton, mai 1988, p. 16-17 ; Magazine littéraire n°295, George Sand, janvier 1992, p. 16-17. Photographies libres de droit prises par Élodie Chevreux.

La quatrième catégorie d’images est liée à la notion d’intermédialité et à l’intérêt pour d’autres moyens d’expression artistique. Les créations à immanence physique[4] produites par les écrivains sont particulièrement mises en avant par le Magazine littéraire qui peut aisément les restituer par le biais de la reproduction photographique. Dans le numéro d’avril 1998, Henri Michaux est représenté en artiste-peintre. En 2000, des aquarelles d’Hermann Hesse sont rassemblées dans la section « Inédits ». La peinture ou la photographie, comme autre espace de création de l’écrivain, séduit le Magazine littéraire qui, par leur intermédiaire, associe des objets d’arts matériels et visuels à l’auteur. Cela permet de mettre en valeur une matérialité de la création, de tisser des correspondances entre les arts et de montrer la richesse d’une personnalité. D’autres stratégies éditoriales pour rendre présente et visible l’œuvre de l’écrivain s’observent à travers les images issues de scènes de films, adaptés d’un roman ou réalisés par un écrivain, et de pièces de théâtre, écrites par un auteur ou librement inspirées d’une œuvre, voire de la vie de l’écrivain. Les illustrations du numéro 278 montrent ainsi Marguerite Duras au cours des tournages de Calcutta désert, du Camion et d’Océaniques. Pour contourner l’impossibilité de donner immédiatement à voir la littérature, les stratégies visuelles du titre s’appuient sur d’autres arts ou pratiques, tels la peinture, la photographie, le cinéma, qui alimentent, transposent ou, parfois, réinterprètent la création littéraire.

Dès ses débuts, le Magazine littéraire expose dans ses pages les écrivains, leurs portraits et les objets qui leur sont attachés. Durant la décennie 1990, l’équipe du périodique suit l’engouement du public pour les maisons d’écrivains et développe, à l’aide de nouveaux collaborateurs, une vision patrimoniale et archivistique de la littérature. Les thématiques de la collection littéraire et de la conservation du patrimoine font également écho, de façon plus prosaïque, à l’aspiration du Magazine littéraire à être lui-même objet de conservation et de collection pour son lectorat.

Élodie Chevreux 

[1] Sur l’importance d’intégrer l’histoire du livre (autrement dit, l’histoire du support) dans l’histoire littéraire, voir Marie-Ève Thérenty, « Pour une poétique historique du support », Romantisme, n°143, 2009/1, p. 110. Voir aussi Roger Chartier (dir.), Histoires de la lecture : un bilan des recherches, Paris, IMEC, 1993.

[2] À partir du Magazine littéraire n°318, février 1994, « Maisons d’écrivains » par Evelyne Bloch-Dano, « Zola à Médan », p. 14. 

[3] Le sommaire du Magazine littéraire se compose de quatre parties (Événements, Dossier, Critiques, Entretien/Document). Le Dossier constitue l’élément central et fait la couverture du numéro.

[4] Voir Gérard Genette, L’Œuvre de l’art, Paris, Seuil, 2010. En s’intéressant à « l’immanence » des œuvres d’art, c’est-à-dire à leur « mode d’existence » ou leur « statut ontologique », Genette distingue les objets matériels (à immanence physique), que sont la peinture et la sculpture, des objets idéaux (à immanence idéale) – musique et littérature. De cette façon, il reprend la réflexion de Nelson Goodman qui avait discerné un régime autographique et un régime allographique pour classifier les œuvres d’art.


Partenaires : Catherine Mayaux (CY Cergy Paris Université) et Michael Brophy (University College Dublin)


Publications associées au projet :

Élodie Chevreux, « Système médiatique et littérature : La Quinzaine littéraire et le Magazine littéraire dans les années 1966–68 » dans The Irish Journal of French Studies, n°17, Systems / Systèmes, 2017, 21 p.


Crédit Photo à la Une : Documents BnF reproduits dans le cadre de l’exposition « Victor Hugo, l’homme océan » de la BnF du 20 mars au 23 juin 2002. Et extrait de l’entretien de la commissaire de l’exposition Marie-Laure Prévost par Pierre-Marc de Biasi. Magazine littéraire n°405, Victor Hugo, deux siècles de légende, janvier 2002, p. 44-45. Photographie libre de droit prise par Élodie Chevreux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search