L’archéologie textuelle comme clef de compréhension des registres des trois premiers Valois

Les registres produits par la chancellerie royale en France à l’époque médiévale ont été largement exploités par les historiens. L’examen de leur matérialité est toutefois susceptible d’apporter de nouvelles informations sur les pratiques administratives et l’exercice du pouvoir royal.

Parmi les documents emblématiques de l’histoire institutionnelle et administrative de la France au Moyen Âge figurent les registres de chancellerie. Composés de plusieurs cahiers, ils contiennent, dans un ordre globalement chronologique, la transcription des actes à valeur perpétuelle rédigés au nom des rois de France. On peut notamment s’intéresser aux registres des trois premiers Valois : Philippe VI (1328-1350), Jean II (1350-1364) et Charles V (1364-1380). Bien que leur reliure laisse à penser qu’ils forment une série documentaire relativement uniforme, l’analyse de leurs composants et des pratiques scripturales qui les constituent met en évidence plusieurs strates d’actions humaines s’étalant du XIVe siècle à la seconde moitié du XIXe siècle[1]. Le recours à l’archéologie textuelle, en tant qu’étude de l’intégralité des caractères internes et externes des sources combinée à leur contextualisation, permet de remonter le cours de la vie des registres de leur état actuel à leur création et d’en déterminer les moments charnières.

Au commencement se trouve l’enregistrement des actes. L’analyse du contenu des registres de chancellerie permet de mettre en lumière la tenue parallèle de différents cahiers. Plusieurs scripteurs anonymes y interviennent selon un tour de copie allant de quelques lignes à plusieurs dizaines de feuillets. Ceux-ci tracent à la mine de plomb un cadre d’écriture de taille variable, la réglure, répondant à leur degré de technicité : certains emploient des lignes, tandis que d’autres en font l’économie. Une fois achevés, les cahiers sont vraisemblablement regroupés par paquets. Ces ensembles de cahiers qui deviendront les registres de chancellerie sont alors dépourvus de tout outil facilitant leur utilisation. Plusieurs campagnes de rubrication et de mise en table permettent, par la suite, de les doter de clefs de compréhension et d’exploitation. L’une de ces clefs, la table, est celle qui, dès le XIVe siècle, vient consolider et fixer définitivement le contenu de chaque volume en faisant fi des disparités matérielles déjà existantes. L’examen de certains éléments péritextuels présents dans les registres des trois premiers Valois, tels que les signatures des cahiers et les réclames, est venu confirmer ce que l’étude de la matérialité met en évidence. Trois types de volumes existent déjà au XIVe siècle : des registres dont l’ordre matériel est parfaitement respecté au regard des signatures de cahiers, des registres dont une partie seulement des cahiers suit un ordonnancement précis et des registres regroupant des ensembles épars ou dont on ne peut juger de la continuité en l’absence de numérotation. Une fois dotés de table, ces ensembles de cahiers sont enserrés par une couverture de parchemin souple. Ils obtiennent une cotation et une brève analyse à compter de l’arrivée de Gérard de Montaigu au poste de garde du Trésor en 1371. Par cette action, les registres, bien que non reliés, prennent définitivement corps.

Matériellement hétérogènes, les registres de Philippe VI, Jean le Bon et Charles V voient leurs dimensions osciller entre 308 mm et 505 mm de hauteur, pour une largeur allant de 250 mm à 375 mm. De même, le nombre de feuillets par volume varie sensiblement : il est compris entre 17 et 664 feuillets. Si la majorité des registres des trois premiers Valois ne contiennent que du parchemin, quatre volumes sont composés entièrement ou en partie d’un papier de bonne qualité et filigrané d’un motif de même nature[2]. De papier ou de parchemin, les registres des trois premiers Valois sont composés de cahiers de nature et de dimensions variées. Bien que les quaternions (quatre bifeuillets) et les sénions (six bifeuillets) soient les types les plus représentés, un même volume peut contenir jusqu’à huit types de cahiers différents. Il faut attendre la seconde moitié du règne de Charles v pour qu’une uniformisation progressive de la composition et de la taille des volumes se fasse jour. Plus petits et plus maniables, les cahiers qui les composent sont dès lors plus prompts à la manipulation et peuvent faire l’objet d’un enregistrement plus itinérant.

Pensionnaires de la sous-série JJ des Archives nationales depuis les années 1840, les registres de chancellerie des trois premiers Valois forment un ensemble documentaire de cinquante-quatre volumes[3]. Aujourd’hui placés au cœur des grands dépôts, au sein de la galerie Napoléon III, ils constituent, avec les layettes et l’Armoire de fer, un Trésor des chartes architectural et documentaire construit avec patience. Hérité en grande partie de celui des rois de France, ce Trésor a pour vocation d’établir un lien entre l’Ancien Régime et la Révolution grâce aux documents emblématiques qu’il rassemble.

Disposés derrière des grilles ouvragées, les registres de chancellerie arborent, malgré la disparité parfois marquée de leur format, un type unique de reliure. Celui-ci résulte d’une campagne de reliure commanditée en 1847 par Jean-Antoine Letronne, garde des Archives du royaume : appliquée aux 422 volumes du Trésor des chartes conservés aux Archives nationales, elle avait pour objectif de masquer la grande hétérogénéité des façonnages[4]. Composée de ais de carton et d’une couvrure en maroquin rouge faisant apparaître en lettres dorées sur le dos de chaque volume sa cote, ses dates extrêmes et le nom du souverain concerné, la reliure ordonnée par Letronne est celle qui nous est parvenue. Du façonnage médiéval il ne reste que deux traces : de rares séries de piqûres de fond de cahier et les vestiges d’une couverture souple de parchemin insérée en tête de la quasi-totalité des volumes dans la reliure actuelle. De plus, l’étude de l’assemblage des feuillets d’un même cahier met en évidence des formations tronquées : certains feuillets sont montés sur onglets ou ont été coupés, comme le montre la présence de talons. Dans le but de masquer les différentes dimensions des cahiers au sein d’un même volume et de contribuer à la monumentalisation de leur série, certains registres de chancellerie ont été reliés, au XIXe siècle, en quinconce ou sur onglets compensés : les disparités matérielles sont ainsi gommées une fois le volume fermé.

Tranche de queue (volume fermé) du registre Arch. nat. JJ68 et des onglets sur lesquels sont cousus certains cahiers du registre. ©Emmanuelle Portugal, 2013

Construits au fil de la copie des actes, du regroupement des cahiers et de la rédaction d’outils d’exploitation, les registres des trois premiers Valois sont le fruit de plusieurs strates d’actions humaines qui les ont conduits à devenir les instruments d’une mise en scène de l’Histoire de France. S’il est établi que le façonnage ordonné par Letronne a modifié à jamais l’aspect des registres de chancellerie et la vision que l’on peut avoir d’eux, l’analyse de leur contenu et de leur matérialité permet d’interroger la mise en registre et de lever l’illusion d’une uniformité découlant d’une supposée fixation originelle des pratiques d’écriture ayant cours à la chancellerie des trois premiers Valois.

Emmanuelle Portugal

[1] À propos de la notion d’archéologie du texte médiéval, voir notamment Pierre Chastang, « L’archéologie du texte médiéval », Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, Hors-série n°2, Le Moyen Âge vu d’ailleurs, 2008, En ligne.

[2] Il s’agit des volumes cotés Arch. nat. JJ73, Arch. nat. JJ76, Arch. nat. JJ 89 et Arch. nat. JJ98.

[3] Les registres des trois premiers Valois sont cotés Arch. nat. JJ65A à JJ117. Ils sont consultables sous forme numérisée sur le site du projet HIstorical MANuscript Indexing for User-Controlled Search (HIMANIS).

[4] Jean Guérout, « Observations générales sur les registres de chancellerie (stricto sensu ou chronologiques) de Philippe le Bel », article/mémoire inédit conservé au sein du Corpus Philippicum à l’Institut de Recherche en Histoire des Textes (IRHT), n. 75, p. 52 et Olivier Guyotjeannin et Yann Potin, « La fabrique de la perpétuité : le Trésor des chartes et les archives (XIIIe-XIXe siècles) », Revue de synthèse, Fabrique des archives, Fabrique de l’histoire, 5e série, 2004, p. 18-20.


Partenaires :

  • Pierre Chastang, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, laboratoire DYPAC
  • Ghislain Brunel, Archives nationales

Publications associées au projet :

– Emmanuelle Portugal, « Le miroir et la plume. Registres, notaires-secrétaires et chancellerie royale au cœur du XIVe siècle », Circé, La revue des étudiants de l’IEC, 3, 2013 [En ligne]

– Emmanuelle Portugal, « De la constitution des réseaux des notaires-secrétaires royaux sous les premiers Valois (1328-1380) : famille, viviers et institutions », in Jacques Verger (dir.), La forme des réseaux : France et Europe (Xe-XXe siècle), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2017, p. 59-69.

– Emmanuelle Portugal, « La lettre diplomatique à la chancellerie des premiers Valois (1328-1380). Pratiques, traces et réalité », in Hélène Sirantoine (dir.), La Lettre diplomatique. Écriture épistolaire et actes de la pratique dans l’Occident latin médiéval, Madrid, Casa de Velázquez, 2018, p. 191-206.


Crédit Photo à la Une : Première page de la table du registre Arch. nat. JJ65A (fol. II). © Archives nationales, 2006


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search