Les éphémères, un patrimoine familier et méconnu

Les éphémères sont aujourd’hui considérés comme du patrimoine, alors qu’ils n’avaient originellement pas vocation à durer. Un paradoxe qui éclaire les difficultés liées à la catégorisation, à la conservation et à la valorisation de ces documents.

Tracts, faire-part, cartes postales, prospectus, cartons d’invitation, menus, affiches, images pieuses, protège-cahiers : définis par Maurice Rickards comme « les petits documents passagers du quotidien[1] », les éphémères circulent dans le champ social et nous sont familiers. Ce sont des documents circonstanciels, voués à la péremption et au rebut. Ils font pourtant l’objet d’initiatives variées de patrimonialisation, qui peuvent aller de la collection privée aux stratégies institutionnelles de la collecte ou du dépôt légal, en passant par le simple « braconnage », pour reprendre une image de Michel de Certeau dans L’Invention du quotidien (1980) : des tactiques individuelles courantes, arts de faire relevant d’une appropriation personnelle de ces documents, encouragée aujourd’hui par les établissements patrimoniaux, de plus en plus présents sur les réseaux sociaux.

La patrimonialisation des éphémères a fait l’actualité en 2015 avec la réponse donnée aux attentats par les documents rassemblés sous la formule « Je suis Charlie », constituant un corpus inter-médiatique très divers (dessins, pancartes, photos, autocollants), que les Archives de Rennes ont collecté dès le 14 janvier 2015, et que la Bibliothèque de Harvard a recueilli avec le projet des « Archives Charlie ». Il en va de même pour les attentats du 13 novembre suivant, à travers les messages du « mémorial du Bataclan » sauvegardés par les Archives de Paris. Autant de réponses patrimoniales apportées dans l’urgence à un flux inédit d’éphémères déposés, affichés, publiés, mais aussi tweetés et re-tweetés.

La présence des éphémères dans le patrimoine est paradoxalement abondante. Leur entrée dans les collections publiques dépend d’opérations concertées ou plus aléatoires. Leur matérialité, à la limite de l’immatériel (légèreté, fragilité, labilité), en fait des candidats idéaux à l’invisibilité et à l’oubli dans nos bibliothèques, archives et musées. Inadaptés aux normes de catalogage et d’indexation, dont les cultures diffèrent par ailleurs d’un type d’établissement à l’autre, ils sont signalés de façon très inégale, restant encore méconnus de beaucoup de conservateurs et de chercheurs, en dépit d’un certain nombre de publications et d’expositions pionnières, relayées aujourd’hui par les moyens numériques de valorisation du patrimoine imprimé.

Affiche typographique pour un divertissement de 1845 qui comportait une ascension en montgolfière, une fête champêtre, des représentations sur scène et un feu d’artifice. © Bodleian Library, Université d’Oxford: John Johnson Collection: Entertainments folder 1 (32)

C’est le projet du groupe de recherche PatrimEph (Patrimonialisation des éphémères) que d’interroger la place des éphémères dans notre patrimoine, et d’étudier leur rôle dans la construction de notre histoire culturelle, depuis les débuts de l’imprimerie jusqu’aux formes les plus récentes d’éphémères dématérialisés. Les éphémères sont nommés différemment à travers l’Europe, ce qui reflète des perceptions variées : Flügschriften en Allemagne, pamfletten aux Pays-Bas, menudencias, pliegos ou non-libro en Espagne. En parlant d’« éphémères », nous adoptons le choix du conservateur Nicolas Petit dans L’Éphémère, l’occasionnel et le non livre (1997), tandis que les collectionneurs français préfèrent utiliser l’expression de « vieux papier » fixée par John Grand Carteret en 1896. Auteur d’une étude sur les Ephemera catholiques : l’imprimé au service de la religion, XVIe– XXIe siècles (2012), Philippe Martin a choisi de s’aligner sur l’usage britannique consacré par l’ouvrage de John Lewis, Printed Ephemera (1962), la Grande-Bretagne étant à ce jour le pays où l’étude des éphémères est la mieux structurée. Le Centre for Ephemera Studies de l’Université de Reading développe depuis 2013 un Thesaurus of Ephemera Terms, actuellement adapté en français par une équipe franco-britannique (Michael Twyman, Alan Marshall, Julie Anne Lambert, Thierry Depaulis) réunie par le projet PatrimEph. Cette adaptation repose à la fois sur la traduction des termes britanniques – quand c’est possible – et sur le dépouillement de sources à proprement parler françaises, la culture des éphémères différant singulièrement d’une ère linguistique à l’autre (sans compter les variantes régionales et historiques). Plus de mille entrées principales organisent le Thesaurus de Reading, ce qui donne la mesure de l’extrême hétérogénéité de ces documents qu’il ne va pas de soi de nommer ni de décrire : « It is hoped that it may help in answering the question ‘What should I call this?’[2] », annonce Barbara Morris en introduction à cet essai de nomenclature raisonnée.

Sans compter que les éphémères ne prennent sens qu’à travers des usages dans des champs d’activités aussi variés que la pédagogie, le commerce, la politique, l’art, la publicité, la religion, dont certains sont tombés en désuétude : ce sont alors des pans entiers de notre histoire culturelle qui peuvent renaître de l’examen d’un simple bout de papier, dont la typographie et l’illustration en disent également beaucoup sur l’histoire des techniques d’impression, ainsi que l’histoire du goût. Définis souvent par la négative comme ne relevant ni du livre ni du périodique, les éphémères relèvent d’un champ éditorial pourtant bien plus poreux que cloisonné, comme le rappelait Daniel Roche en 1995 : « le livre n’est jamais seul, ni dans l’atelier typographique, ni dans le magasin du libraire, ni dans la hotte du colporteur[3] ». Il a fallu les ouvrages fondateurs de Roger Chartier, Colportage et lecture populaire. Les imprimés de large circulation en Europe, XVIe-XIXe siècles (1996), et de Jean-Yves Mollier sur Le Camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles (2004), pour que sortent de l’oubli les acteurs (vendeurs, crieurs) et les supports (feuilles, chansons, caricatures, brochures de propagande) d’une culture médiatique en pleine expansion à l’époque moderne et contemporaine, à laquelle contribuent les éphémères. « Tu lis les prospectus les catalogues les affiches qui chantent tout haut » : ce vers d’Apollinaire dans « Zone » (Alcools, 1913) rend compte à lui seul de la circulation par viralité des éphémères dans l’espace public, façonnant les opinions et les imaginaires.

Longtemps marginalisés par les études en histoire de l’art et en littérature pour leur parenté avec des formes d’art populaire, les éphémères et « l’histoire d’en bas » qu’ils véhiculent font en revanche partie de longue date des matériaux accumulés par l’historien, en dépit d’une culture persistante de l’archive constituée. Les temps semblent particulièrement favorables aux éphémères : intégration d’une culture mémorielle à l’Histoire ; inflation du patrimoine, comme le rappelait encore Nathalie Heinich dans La Fabrique du patrimoine, De la cathédrale à la petite cuillère[4], la patrimonialisation répondant plus à une logique du typicum que de l’unicum, et la fonction de « témoignage sur la vie quotidienne » comptant désormais autant – si ce n’est plus – que les qualités esthétiques ou historiques de l’objet patrimonial. Il reste toutefois encore beaucoup à faire sur le plan scientifique pour valoriser les éphémères aux yeux des responsables mêmes de leur conservation. Leur attention n’égale pas toujours celle, exemplaire, de Julie Anne Lambert à l’égard des 67 750 pièces des XVIIIe–XXe siècles de la John Johnson Collection collectées par l’imprimeur de l’université John de Monins Johnson (1882-1956), acquises par la Bodleian Library d’Oxford en 1968 et numérisées récemment en collaboration avec ProQuest[5]. De plus en plus d’établissements patrimoniaux fournissent toutefois en France un effort important pour mettre à disposition du public leurs éphémères, comme la Bibliothèque municipale de Dijon et sa collection de 10 000 menus, ou le CEVIPOF mettant en ligne progressivement son fonds d’archives sur les élections législatives et présidentielles de 1958 à 2012.

Florence Ferran

[1] « the transient everyday items of paper ». Maurice Rickards, This is Ephemera, Brattleboro, VT, Gossamer Press, 1977, p. 7.

[2] Barbara Morris, Thesaurus of Ephemera Terms, Centre for Ephemera Studies, November 2013, p. 2.

[3] Daniel Roche, « Le livre : un objet de consommation entre économie et lecture », dans Hans-Erich Bödeker (dir.), Histoire du livre, nouvelles orientations, Paris, IMEC éd. / Éd. de la MSH, 1995, p. 226.

[4]  Nathalie Heinich, La Fabrique du patrimoine : « de la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Éd. de la MSH, 2009.

[5] Julie Anne Lambert, « Pérenniser l’éphémère : paradoxe et défi dans le contexte de la John Johnson Collection », dans Olivier Belin et Florence Ferran (dir.), Les Éphémères, un patrimoine à construire, in Fabula / Les colloques, 2016.


Partenaires du projet :

Olivier Belin, Boris Borzic, Florence Ferran, Isabelle Steffen-Prat et Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise (laboratoires LDI, ETIS et AGORA) ; Bertrand Tillier, Paris I – Panthéon Sorbonne ; Jean-Yves Mollier, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines ; Vincent Chambarlac, Université de Bourgogne ; Michael Twyman, Reading University ; Julie Anne Lambert, Bodleian Library, Oxford ; Philippe Chevallier, Bibliothèque nationale de France ; Philippe Nieto, Archives Nationales ; Alan Marshall, Association of European Printing Museums ; Thierry Depaulis, Association du Vieux papier ; Joseph Belletante, Musée de l’imprimerie de Lyon.


Publications associées au projet :

Belin, Olivier et Ferran, Florence (dir.), Les Éphémères, un patrimoine à construire, in Fabula / Les colloques, 2016.

Belin, Olivier et Ferran, Florence (dir.), Les Éphémères et l’événement, Actes d’un colloque qui s’est tenu aux Archives Nationales les 12 et 13 février 2016, à paraître en 2018.

Hage, Julien, « Les éphémères de l’âge de l’imprimé à l’ère numérique. Un champ disciplinaire en révolution », dans Belin, Olivier et Ferran, Florence (dir.), Les Éphémères, un patrimoine à construire, in Fabula / Les colloques, 2016.

Tillier, Bertrand, rédacteur en chef du carnet de recherche Patrimef.

Twyman, Michael, « L’importance à long terme des imprimés éphémères », dans Belin, Olivier et Ferran, Florence (dir.), Les Éphémères, un patrimoine à construire, in Fabula / Les colloques, 2016.


Crédit photo à la Une : Publicité pour la teinture fabriquée par Maypole Soap. Les manches « gigot » étaient à la mode fin XIXe – début XXe siècle, tout comme le cyclisme qui donnait à la « New Woman » la liberté de se déplacer seule. Au verso sont énumérées les teintes disponibles, telles que Canary et Heliotrope. © Bodleian Library, Université d’Oxford: John Johnson Collection: Soap 1 (58c).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *